COR - Paris et Londres résisteront à la CE sur Eurotunnel

vendredi 27 septembre 2013 22h23
 

Au §13, lire que la D. Bahn a été autorisée mi-juin à faire circuler des trains dans le tunnel sous la Manche

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Paris et Londres vont rejeter la demande de la Commission européenne visant à faire baisser le niveau des péages facturés par Eurotunnel dans le tunnel sous la Manche, a déclaré vendredi le PDG de l'opérateur du tunnel, Jacques Gounon.

L'exécutif européen a lancé le 21 juin une procédure d'infraction à l'encontre de la France et du Royaume-Uni au motif que la tarification "excessive" de l'accès aux infrastructures ferroviaires se traduisait par une augmentation des prix pour les passagers comme pour les sociétés de fret entre Londres d'une part, Paris et Bruxelles de l'autre.

Les deux pays ont jusqu'au 30 septembre pour répondre à la Commission.

"J'ai vu personnellement les deux ministres il y a quelques heures, ils m'ont affirmé que les Etats français et britannique rejetteraient conjointement cette demande de la Commission européenne", a dit Jacques Gounon au cours d'un déjeuner avec la presse.

Le ministère français des Transports a confirmé qu'à ses yeux les griefs énoncés par Bruxelles étaient infondés.

"La France est en train de préparer un mémoire en réponse à cet avis motivé. Les Britanniques en font un également et ils ont fait l'objet d'échanges, donc ils sont à l'identique," a indiqué une porte-parole du ministère.

Eurotunnel avait fait savoir cet été que si des modifications de la concession devaient intervenir "dans un sens défavorable aux actionnaires du groupe", il demanderait aux Etats une "légitime indemnisation calculée jusqu'en 2086", date de l'échéance de la concession.   Suite...

 
Paris et Londres ont l'intention de rejeter la demande de la Commission européenne visant à faire baisser le niveau des péages facturés par Eurotunnel dans le tunnel sous la Manche, a déclaré vendredi le PDG de l'opérateur du tunnel, Jacques Gounon. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol