Berlin va respecter le calendrier prévu de l'union bancaire

mercredi 25 septembre 2013 18h29
 

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne a assuré à ses partenaires européens mercredi qu'elle poursuivrait les négociations pour la création d'une union bancaire malgré les manœuvres post-électorales en cours.

Des semaines, voire des mois, de blocage politique s'annoncent à la suite des élections de dimanche dernier, le temps qu'Angela Merkel arrive à former une nouvelle coalition.

"Nous sommes engagés dans plusieurs démarches au niveau européen et l'élection fédérale allemande ne perturbera aucune d'entre elles", a déclaré le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert lors d'une conférence de presse.

"Le gouvernement allemand est tout à fait capable d'agir."

La Commission européenne veut obtenir le feu vert des Etats membres à la création d'une autorité chargée de la liquidation des banques de la zone euro en difficulté dans le cadre du Mécanisme de résolution unique (MRU) d'ici la fin de l'année.

Ce mécanisme sera l'un des piliers de l'union bancaire avec le mécanisme de supervision unique (MSU) assumé par la Banque centrale européenne (BCE).

Si le MRU est approuvé par les Etats membres, l'objectif serait de boucler les négociations avec le Parlement européen et de finaliser le projet de loi le concernant d'ici avril prochain.

Si ce délai n'est pas tenu, cela pourrait reporter de beaucoup de projet d'union bancaire - une réforme jugée essentielle pour sortir la zone euro de la crise de la dette - notamment à cause des élections au Parlement européen en mai.

A la suite de ces élections, la nouvelle Commission sera formée en novembre 2014, ce qui signifie que les premières avancées concrètes dans le cadre de l'Union européenne ne pourront avoir lieu avant le début de l'année 2015.   Suite...

 
Angela Merkel à l'issue de la victoire de la CDU aux législatives allemandes de dimanche dernier. Berlin a assuré à ses partenaires européens mercredi qu'il poursuivrait les négociations pour la création d'une union bancaire malgré les manoeuvres post-électorales en cours. La chancelière pourrait mettre des semaines, voire des mois pour former une nouvelle coalition. /Photo prise le 22 septembre 2013/REUTERS/Fabrizio Bensch