Aux USA, la menace de la dette de plus en plus crédible

jeudi 26 septembre 2013 13h12
 

par Jason Lange

WASHINGTON (Reuters) - Les investisseurs ont une telle confiance dans la signature des Etats-Unis qu'ils minimisent généralement le risque de voir Washington incapable d'honorer ses engagements.

Mais aujourd'hui, le blocage politique semble en mesure de conduire à l'inimaginable: un défaut sur des emprunts d'Etat américains.

Certains responsables des deux grands partis ne cachent désormais plus leur crainte de voir le Trésor obligé de gérer une telle situation dès la fin du mois prochain si le Congrès refuse d'autoriser de nouveaux emprunts.

Parmi les principaux motifs de préoccupation figure la volonté des élus républicains d'obtenir des coupes dans les dépenses publiques en échange du relèvement du plafond d'endettement de l'Etat fédéral, actuellement fixé à 16.700 milliards de dollars (12.300 milliards d'euros).

Or Washington a déjà coupé dans pratiquement tous les postes budgétaires, à l'exception de ceux de la protection sociale. Pour aller plus loin, le Congrès devrait donc voter des réductions des pensions de retraite ou de l'assurance santé des seniors, des mesures forcément impopulaires.

"Les conditions d'un accord sont en train de se raréfier", estime Tony Fratto, un porte-parole de la Maison blanche durant la présidence de George W. Bush qui travaille aujourd'hui pour le cabinet de conseil Hamilton Place Strategies. "Les seuls choix qui restent sont difficiles."

Ces derniers jours, les débats au Congrès n'ont pas porté sur le plafond de la dette mais sur les conditions permettant d'éviter une fermeture pure et simple de la plupart des administrations fédérales lorsque leurs budgets seront épuisés à la fin du mois.

Désormais, même le secrétaire au Trésor Jack Lew, dont le rôle consiste généralement à tenter de donner confiance à Wall Street, ne cache plus son inquiétude.   Suite...

 
Le Capitole, le siège du Congrès américain. Les investisseurs ont une telle confiance dans la signature des Etats-Unis qu'ils minimisent généralement le risque de voir Washington incapable d'honorer ses engagements. Mais aujourd'hui, le blocage politique semble en mesure de conduire à l'inimaginable: un défaut sur des emprunts d'Etat américains. /Photo prise le 31 juillet 2013/REUTERS/Larry Downing