Quatrième baisse de suite du Dow Jones à Wall Street

mardi 24 septembre 2013 22h24
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Le Dow Jones et le S&P 500 ont terminé en légère baisse mardi, les deux indices accusant ainsi leur quatrième séance de repli d'affilée en raison notamment d'inquiétudes au sujet du nouvel épisode de joutes budgétaires au Congrès.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a ainsi cédé 0,43%, soit 66,79 points, à 15.334,59. Le S&P-500, plus large, perdu 4,42 points, soit 0,26%, à 1.697,42. En revanche, le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 2,97 points (+0,08%) à 3.768,25.

Ce dernier a notamment été porté par l'action Facebook, qui a gagné 2,67% à 48,45 dollars après qu'un journal chinois, le South China Morning Post, a rapporté que Pékin allait autoriser l'accès au réseau social, ainsi qu'à Twitter et d'autres sites jusqu'à maintenant bloqués, dans une zone de libre échange qui doit être instaurée à Shanghai.

Wall Street avait terminé mercredi à des niveaux records saluant le fait inattendu que la Réserve fédérale ait décidé de ne pas réduire ses rachats d'actifs obligataires, poursuivant ainsi un programme qui a permis à la Bourse de gagner plus de 20% depuis le début de l'année.

Mais depuis, en raison notamment de nouvelles incertitudes sur le moment à partir duquel la Fed va commencer à dénouer ce programme de soutien à l'économie, le Dow Jones a perdu 2,1% sur les quatre dernières séances et le S&P 500 1,6%

Et même si la plupart des économistes et des intervenants de marché pensent que républicains et démocrates finiront par se mettre d'accord pour éviter une fermeture des administrations fédérales le mois prochain, le fait que les deux camps semblent, pour l'instant, réticents à faire toute concession contribue à rendre les investisseurs quelque nerveux.

L'autorisation de dépenses accordée par le Congrès à l'Etat fédéral court jusqu'à la fin de l'exercice budgétaire en cours, soit jusqu'au 30 septembre, à moins d'être prorogé par le biais d'une "résolution de continuité".

Certains parlementaires républicains menacent de bloquer cette procédure et réclament, en échange de leur feu vert, l'annulation de l'entrée en vigueur de loi sur l'assurance santé dite "Obamacare".   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS