September 23, 2013 / 8:16 PM / in 4 years

Air France-KLM se donne du temps sur Alitalia

3 MINUTES DE LECTURE

Air France-KLM a décidé lundi soir d'attendre d'être en possession de davantage d'informations de la part d'Alitalia pour statuer sur un éventuel relèvement de sa participation, actuellement à 25%. Alitalia a besoin d'une injection d'argent frais de 300 millions d'euros pour continuer à fonctionner. /Photo d'archives/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Air France-KLM a décidé lundi soir d'attendre d'être en possession de davantage d'informations de la part d'Alitalia pour statuer sur un éventuel relèvement de sa participation.

La compagnie aérienne franco-néerlandaise, qui contrôle 25% du groupe italien, avait réuni en début de soirée ses administrateurs pour discuter de l'opportunité de participer à une augmentation de capital d'Alitalia, voire d'augmenter sa participation en vue d'une éventuelle prise de contrôle.

"Le conseil d'administration d'Air France-KLM (...) a considéré indispensable d'entendre les informations que devrait donner la direction générale d'Alitalia lors de la réunion d'un prochain conseil d'administration de la compagnie italienne", a expliqué AF-KLM dans un bref communiqué publié après la réunion.

Alitalia, dont la perte a été multipliée par quatre en 2012, a annoncé il y a deux mois avoir besoin d'une injection d'argent frais de 300 millions d'euros pour continuer à fonctionner.

Le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, a déclaré lundi que l'Italie ne s'opposerait pas à ce qu'Air France-KLM porte à 50% sa part dans Alitalia. "De notre point de vue, il n'y a absolument aucune objection", a-t-il dit à des journalistes à Milan.

"La direction d'AF-KLM, ces dernières semaines, penchait plutôt pour une montée (au capital, NDLR) plutôt que pour le scénario d'un simple accompagnement de la recapitalisation d'Alitalia (pour rester à 25%)", avait déclaré à Reuters une source syndicale avant la tenue du conseil.

Une autre source, bancaire, a toutefois écarté l'idée d'une montée au capital à ce stade compte tenu des défis auxquels est confrontée AF-KLM.

"C'est impensable dans le contexte actuel. La seule question qui se pose, à mon sens, pour le groupe est : voulons-nous être dilués ?", a-t-elle dit.

En début d'année, AF-KLM avait indiqué que le rachat de tout ou partie d'Alitalia en 2013 semblait "difficile" au vu des moyens financiers limités de l'entreprise.

Air France a en outre annoncé le 18 septembre le lancement d'un nouveau plan de départs volontaires de 2.800 postes, la réduction de la voilure de son réseau moyen-courrier et une décision de sortir prématurément les Boeing 747 de sa flotte pour s'adapter à une conjoncture économique jugée particulièrement difficile dans le transport aérien.

La compagnie a ajouté qu'elle ne parviendrait pas à l'équilibre en 2013, année qui devrait donc marquer son sixième exercice consécutif de perte, mais seulement en 2014.

Matthias Blamont et Tim Hepher, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below