Les Bourses européennes ouvrent en léger recul

lundi 23 septembre 2013 09h53
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en léger recul lundi, l'inquiétude des investisseurs sur la stratégie de la Réserve fédérale américaine l'emportant sur l'impact positif de bons indicateurs de croissance du secteur privé en Chine et en Europe et sur la victoire d'Angela Merkel aux élections législatives allemandes.

Les investisseurs s'interrogent sur la stratégie à venir de la Fed après sa décision inattendue la semaine dernière de ne pas toucher à son programme d'injections de liquidités dans l'économie.

A Paris, l'indice CAC 40 perd 0,15% à 4.197,31 points vers 7h25 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,25% et à Londres, le FTSE recule de 0,31%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 se replie de 0,2%.

Aux valeurs, l'action Crédit agricole accuse une perte de 1,4%, deuxième baisse du CAC 40. Crédit agricole SA envisage de redéfinir les contours de sa gouvernance, notamment pour rendre sa structure et son organisation plus lisibles à l'international, selon la presse.

Les marchés avaient atteint des pics la semaine dernière après la décision de la Fed, même si l'enthousiasme s'était rapidement épuisé dans la mesure où cette décision est le reflet de la fragilité de la reprise.

Une série d'indices PMI signalent une accélération de la croissance de l'industrie manufacturière en Chine et une bonne tenue du secteur privé dans la zone euro grâce au secteur des services.

En Allemagne, plébiscitée pour son rôle pendant la crise de la zone euro, Angela Merkel a conduit dimanche les conservateurs à un succès triomphal aux élections législatives fédérales, près de la majorité absolue.

Alors que la quasi-intégralité des bulletins de vote ont été dépouillés, le bloc conservateur est crédité de 41,5%, son plus gros score depuis 1990. Il devra se passer de son partenaire de coalition libéral (FDP), qui, avec 4,8% passe sous le seuil de 5% requis pour être représenté au Bundestag, et pourrait devoir composer à nouveau avec le centre gauche. Avec 25,7% pour les sociaux-démocrates du SPD, une "grande coalition" ne peut être exclue.

"La formation d'une grande coalition pourrait être une bonne chose pour la zone euro", ajoute Peter Dragicevich, responsable de la stratégie chez Commonwealth Bank of Australia. "Le SPD est en faveur d'une plus grande intégration dans la zone euro."   Suite...

 
Les Bourses européennes ont ouvert en léger recul lundi, l'inquiétude des investisseurs sur la stratégie de la Réserve fédérale américaine l'emportant sur l'impact positif de bons indicateurs de croissance du secteur privé en Chine et en Europe et sur la victoire d'Angela Merkel aux élections législatives allemandes. A Paris, le CAC 40 perd 0,15% à 4.197,31 points vers 9h25. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau