Entre PSA, GM et Dongfeng, l'épineuse question des brevets

mercredi 18 septembre 2013 16h07
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Un renforcement des liens entre PSA Peugeot Citroën et Dongfeng s'annonce complexe en raison des risques liés aux transferts de technologies sensibles et du patchwork des alliances tricotées en Chine, observent des analystes.

Selon le quotidien Les Echos de mercredi, PSA aurait donné mandat à deux banques pour réfléchir aux modalités d'une alliance capitalistique avec Dongfeng, tout en préservant son partenariat actuel avec General Motors.

Des sources proches du dossier avaient indiqué fin juin à Reuters qu'un partenariat approfondi avec Dongfeng avait fait l'objet de discussions exploratoires, mais que celles-ci n'avaient pas abouti. .

Dès l'annonce de leur alliance, en février 2012, PSA et General Motors ont exclu la Chine du champ de leur coopération, mais les partenariats croisés qu'ils ont sur place limitent indirectement leur marge de manoeuvre.

"Dongfeng (...) est demandeur de technologies pour monter en gamme, notamment sur le créneau des voitures particulières", commente Jean-François Dufour, directeur de la société de conseil DCA Chine-Analyse. "La question que cherchera dès lors à démêler précisément la partie chinoise est quelles technologies seraient susceptibles de voir leur transfert soumis à un veto du groupe américain."

"GM y est en effet associé à SAIC (...) qui ne verrait pas forcément d'un bon oeil son challenger bénéficier du transfert de technologies plus avancées que celles qu'il a lui-même acquises ces dernières années", ajoute-t-il.

LE PRÉCÉDENT DE SAAB

Les brevets sont un sujet stratégique dans l'automobile, et PSA est depuis six ans le premier déposant français, notamment en matière de motorisations, de contrôle des émissions ou de nouvelles architectures comme les toits transparents.   Suite...

 
Un renforcement des liens entre PSA Peugeot Citroën et Dongfeng s'annonce complexe en raison des risques liés aux transferts de technologies sensibles et du patchwork des alliances tricotées en Chine, selon des analystes. Les brevets sont un sujet stratégique dans l'automobile, et PSA est depuis six ans le premier déposant français, notamment en matière de motorisations, de contrôle des émissions ou de nouvelles architectures comme les toits transparents. /Photo d'archives/REUTERS/Shamil Zhumatov