Maurel et Prom envisage une cotation à Londres

mardi 17 septembre 2013 09h09
 

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - Maurel et Prom considère sa cotation à Paris comme un handicap et envisage de s'introduire à la Bourse de Londres dans le cadre d'une double cotation pour se rapprocher des analystes et des investisseurs, a déclaré à Reuters son PDG, Jean-François Hénin.

"C'est vrai que la cotation à Paris est un handicap parce que nous sommes le seul acteur de notre secteur - l'amont pétrolier - et de notre taille", a souligné le dirigeant du groupe pétrolier français au cours d'une interview.

Cible de rumeurs récurrentes de rachat, Maurel & Prom a fait savoir l'an dernier qu'il souhaitait changer de dimension pour rester compétitif - ce qui pourrait passer par un adossement à un acteur plus important - et a confirmé en février qu'il recevait régulièrement des marques d'intérêt.

"Quand on parle de mariage, c'est un petit peu dans un double but. Croître et avoir accès à une autre place de cotation où nous aurions une profondeur de marché plus importante", a fait valoir Jean-François Hénin.

"Quand nous allons voir des investisseurs, nous avons beaucoup plus de répondant à Londres, à Toronto ou aux Etats- Unis", a ajouté Marc de Rodellec, en charge des relations investisseurs. "Les gens ne sont pas éduqués au secteur à Paris. A Londres, tout le monde sait de quoi nous parlons."

Le PDG a refusé de dire si le groupe avait reçu des offres de reprise de Royal Dutch Shell, d'Oil India, de l'indonésien Pertamina ou du Chinois Sinopec.

PROCESSUS EN PLUSIEURS ÉTAPES

Concernant la cotation à Londres, Jean-François Hénin a évoqué un processus en plusieurs étapes. "Il faut ouvrir le carnet d'ordres, voir comment les choses passent, et décider ensuite d'aller ou non sur le LSE".   Suite...

 
Au cours d'une interview accordée à Reuters, le PDG de Maurel et Prom, Jean-François Hénin, a déclaré que le groupe pétrolier français considérait sa cotation à Paris comme un handicap et envisageait de s'introduire à la Bourse de Londres dans le cadre d'une double cotation pour se rapprocher des analystes et des investisseurs. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau