Philips relève ses objectifs, nouveau plan de rachats d'actions

mardi 17 septembre 2013 12h43
 

par Sara Webb

AMSTERDAM (Reuters) - Philips a relevé mardi la plupart de ses objectifs financiers après deux années de restructuration et de recentrage sur les équipements médicaux, l'éclairage et l'électroménager.

Le groupe industriel diversifié a également annoncé un nouveau programme de rachat de ses propres actions de 1,5 milliard d'euros sur les deux ou trois prochaines années.

Toutefois, l'entreprise néerlandaise a averti que les conditions restaient difficiles sur beaucoup de ses marchés et ses nouveaux objectifs ont déçu certains analystes financiers, provoquant une baisse de son titre en Bourse d'Amsterdam.

"Les nouveaux objectifs sont un peu prudents", soulignent les analystes de Morgan Stanley dans une note de recherche, ajoutant qu'ils avaient espéré l'annonce d'un programme de rachat d'actions plus proche de deux milliards d'euros.

Au cours des deux dernières années, Philips a vendu une bonne partie de son activité d'électronique grand public - notamment ses divisions télévision, audio et vidéo qui peinaient à concurrencer les fabricants à bas coûts asiatiques - pour se recentrer sur les activités plus rentables dans l'électroménager, l'éclairage et les équipements médicaux.

La demande de nouveaux appareils à ultrason et de scanners a notamment propulsé le groupe en tête des fabricants de matériel médical aux Etats-Unis et à la place de numéro trois sur le marché des équipements hospitaliers dans le monde.

Le groupe a annoncé un nouvel objectif annuel de marges bénéficiaire à 11%-12% pour son Ebita (résultat avant intérêt, impôts et amortissement) sur la période 2014-2016, en amélioration par rapport aux 10-12% attendus pour cette année.

Il prévoit également un retour sur capital investi d'au moins 14% par rapport aux 12-14% prévus cette année.   Suite...

 
Le groupe industriel diversifié néerlandais Philips a relevé mardi la plupart de ses objectifs financiers, ayant redressé ses comptes après deux années de réduction d'effectifs, de cessions d'actifs et de recentrage sur son coeur de métier. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir