L'Etat britannique cède 6% de Lloyds

mardi 17 septembre 2013 10h39
 

par Matt Scuffham et Steve Slater

LONDRES (Reuters) - L'Etat britannique a mené à bien mardi la cession d'une participation de 6% dans Lloyds Banking Group, levant 3,2 milliards de livres (3,8 milliards d'euros) via une transaction qui marque une première étape dans le retour à la normale après les mesures exceptionnelles prises par Londres lors de la crise financière de 2007-2009.

Au plus fort de cette crise, le Trésor avait en effet injecté un total 66 milliards de livres dans Royal Bank of Scotland et Lloyds pour sauver ces deux établissements de la faillite, se retrouvant avec une part de 81% dans le premier et une participation de 39% dans le second.

Fin juin, le ministre des Finances avait dit que l'Etat était prêt à céder rapidement des parts dans Lloyds, tout en disant à l'époque que le processus concernant Royal Bank of Scotland (RBS), qui pourrait passer par un démantèlement, allait être beaucoup plus long.

Le bon déroulement de ce premier désengagement dans Lloyds pourrait donner un coup de pouce aux conservateurs au pouvoir avant la conférence annuelle de leur parti, prévue vers la fin du mois.

"Ceci est une nouvelle étape dans le long voyage visant à remettre sur pied tout ce qui a mal tourné dans l'économie britannique. Il s'agit d'une nouvelle étape dans le redressement des banques, il s'agit d'une nouvelle étape dans le remboursement des contribuables et une nouvelle étape dans la réduction de notre dette nationale", a déclaré George Osborne.

Comme annoncé lundi dans la soirée par l'UKFI, l'agence qui gère les participations de l'Etat dans Lloyds et Royal Bank of Scotland, le Trésor a vendu des actions via un placement accéléré à des investisseurs institutionnels dont le nom n'a pas été révélé.

BAISSE DU TITRE

Avant l'ouverture de la Bourse, l'UKFI a précisé que la transaction s'était faite à un prix de 75 pence par action, ce qui représente une décote de près de 3% par rapport au cours de clôture de lundi - de 77,31 pence - mais une prime de près de 2% par rapport au prix moyen auquel l'Etat avait acheté les titres Lloyds au plus fort de la crise financière de 2007-2009.   Suite...

 
L'Etat britannique a cédé 6% de la banque partiellement nationalisée Lloyds Banking Group à un prix de 75 pence par action, ce qui permet à Londres de lever quelque 3,2 milliards de livres (3,8 milliards d'euros). /Photo prise le 16 septembre 2013/REUTERS/Stefan Wermuth