Lisbonne doit tenir son déficit, comme prévu, dit Dijsselbloem

vendredi 13 septembre 2013 19h41
 

VILNIUS (Reuters) - Le Portugal doit s'en tenir aux objectifs de réduction de son déficit budgétaire fixés en accord avec ses créanciers internationaux, a estimé vendredi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe.

Le vice-Premier ministre portugais Paulo Portas a déclaré mercredi à une commission parlementaire que l'objectif de réduction du déficit devrait être fixé pour 2014 à 4,5% du produit intérieur brut (PIB), et non plus 4%.

"Je pense qu'il est important de s'en tenir à ce qui a été convenu au sein du programme, y compris les objectifs en matière de déficit budgétaire", a déclaré Jeroen Dijsselbloem avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

"Je ne pense pas que ce soit un bon signal de se remettre à discuter du caractère plus ou moins élevé des objectifs", a-t-il ajouté.

Les ministres des Finances de la zone euro ont ensuite évoqué le sujet au cours de leur réunion et le cas du Portugal devrait être débattu plus en détail en novembre.

Ce report a alimenté la remontée des rendements des emprunts d'Etat portugais sur le marché de la dette: le rendement à dix ans s'affichait à 7,46% en fin de journée contre 7,38% la veille.

"Une mise en oeuvre rigoureuse de la politique convenue (...) assurera une reprise économique durable", a dit Jeroen Dijsselbloem après la première session de discussion.

Il a précisé que Portugal, qui a enregistré au deuxième trimestre une croissance de 1,1%, la plus forte de la zone euro, avait rassuré ses partenaires sur la détermination du gouvernement à appliquer le programme d'assainissement budgétaire prévu.

Le Portugal, comme l'Irlande et l'Espagne, doit en principe sortir du plan d'aide international d'ici neuf mois.   Suite...

 
Touristes à Lisbonne. Le Portugal doit s'en tenir aux objectifs de réduction de son déficit budgétaire fixés en accord avec ses créanciers internationaux, a estimé vendredi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe. /Photo prise le 13 septembre 2013/REUTERS/Rafael Marchante