Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

vendredi 13 septembre 2013 13h15
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre vendredi à la Bourse de Paris, en légère baisse à la mi-journée, avant une série d'indicateurs économiques américains qui pourraient renseigner les investisseurs sur la politique monétaire de la Fed et le calendrier de la réduction de ses rachats d'actifs.

A 12h54, l'indice CAC 40 cède 0,17% à 4.099,69 points dans des volumes limités à 864 millions d'euros sur NYSE Euronext, soit 34% de leur moyenne quotidienne des trois derniers mois:

* Les BANCAIRES européennes (-0,91%) sont délaissées alors que les investisseurs s'attendent à ce que la Fed annonce la semaine prochaine une réduction de ses rachats obligataires.

BNP PARIBAS recule de 2,14%, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE de 2,08% et CREDIT AGRICOLE de 1,52%, plus fortes baisses du CAC 40.

* Le secteur MINIER continue d'être affecté par le recul des cours de l'or (-5,6% cette semaine) en raison de la perspective d'une réduction des liquidités de la Fed et de l'apaisement des tensions au Proche-Orient.

L'indice Stoxx du secteur des ressources de base (-1,86%) accuse la plus forte baisse sectorielle en Europe, ArcelorMittal perd 1% et ERAMET 1,88%.

* HAVAS (-3,8%) accuse la plus forte baisse du SBF 120, Exane BNP Paribas ayant abaissé son conseil sur le titre du groupe de publicité, de "surperformer" à "neutre", en invitant à la prise de bénéfices sur la valeur.

En revanche, PUBLICIS, sur lequel le broker a relevé son objectif de cours de 67 à 80 euros, grimpe de 1,21%.

* De nombreuses VALEURS offrant un profil DÉFENSIF bénéficient de l'attentisme des investisseurs avant la réunion du comité de politique monétaire de la Fed.   Suite...

 
Havas (-3,8%) accuse la plus forte baisse du SBF 120 à 12h54, quand le CAC 40 recule de 0,17% à 4.099,69 points. Exane BNP Paribas a abaissé son conseil sur le titre du groupe de publicité, de "surperformer" à "neutre", en invitant à la prise de bénéfices sur la valeur. /Photo prise le 11 septembre 2013/REUTERS/Benoît Tessier