La reprise va se confirmer en Europe, accélérer aux USA

mercredi 11 septembre 2013 16h41
 

LONDRES/WASHINGTON (Reuters) - La timide reprise économique de la zone euro va se confirmer et la région devrait échapper à une nouvelle récession l'an prochain, tandis que la croissance va accélérer aux Etats-Unis d'ici la fin 2013 et conserver ensuite son élan, estiment la majorité des économistes interrogés dans plusieurs enquêtes publiées mercredi.

Dans la zone euro, l'enquête, réalisée auprès de 50 analystes, montre que la croissance devrait rester comprise entre 0,2% et 0,4% au cours de chaque trimestre jusqu'au début de l'année 2015.

Bien que plusieurs économies européennes soient encore en récession, comme l'Italie et l'Espagne, 21 économistes sur 33 croient à la pérennité de la reprise, contrairement aux 12 autres s'étant exprimés.

"Je crois vraiment qu'elle va durer, mais je ne crois pas à une accélération de l'activité économique", dit Jean-Louis Mourier, économiste pour Aurel BGC.

Un seul des économistes interrogés s'attend à un retour à la récession d'ici la fin 2014.

L'enquête montre aussi que les analystes sont en accord avec l'intention affichée par la Banque centrale européenne (BCE) de maintenir ses taux d'intérêt à un bas niveau "pour une période prolongée".

Le consensus s'attend à ce que le taux de refinancement et celui de la facilité de dépôt soient maintenus à ces niveaux, historiquement bas, au moins jusqu'au début de 2015.

Toujours en Europe, une autre enquête, réalisée auprès de 45 économistes, annonce une chute plus rapide du taux de chômage britannique, sous la barre des 7%, que ce que prévoit la Banque d'Angleterre (BoE), qui fixe ce seuil comme un plancher en dessous duquel elle pourrait relever son taux directeur.

ACCÉLÉRATION DES EMBAUCHES AUX ETATS-UNIS   Suite...

 
La timide reprise économique de la zone euro va se confirmer et la région devrait échapper à une nouvelle récession l'an prochain, tandis que la croissance va accélérer aux Etats-Unis d'ici la fin 2013 et conserver ensuite son élan, estiment la majorité des économistes interrogés dans plusieurs enquêtes publiées mercredi. /Photo d'archives/REUTERS/Jon Nazca