Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

mercredi 11 septembre 2013 12h34
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 évolue peu (-0,1% à 4.112,41 points vers 12h15) au lendemain d'une forte hausse (+1,89%) alors que la diplomatie a pris le pas sur le militaire dans le dossier syrien et que de nouveaux indicateurs ont confirmé la stabilisation de l'économie chinoise :

* NICOX tient la vedette et s'envole (+14%) dans de gros volumes, la biotech ayant reçu une opinion positive des autorités européennes pour le naproxcinod, un anti-inflammatoire utilisé pour lutter contre la dystrophie musculaire de Duchenne.

* GEMALTO (-4,64%) accuse la plus forte baisse du SBF 120 après que Apple a présenté son nouvel Iphone 5S qui demeure "non-NFC" (near-field communication). "C'est une mauvaise nouvelle pour Gemalto car le groupe français est fortement exposé à cette norme", dit un trader.

* VIVENDI perd 2,19%. Vincent Bolloré et Jean-René Fourtou semblaient vouloir jouer l'apaisement alors que leurs divergences sur la gouvernance du groupe a plongé le géant français de médias et de divertissement dans une nouvelle crise.

* Les valeurs à profil défensif comme les "utilities" (+1,46%) ou les télécoms (+0,46%) comptent parmi les plus fortes hausses sectorielles en Europe.

* À Paris, GDF SUEZ (+2,52%) est en tête des hausses du CAC 40. EDF gagne 1,05% et VEOLIA ENVIRONNEMENT 1,25% à 12,6 euros.

* PUBLICIS prend 1,5% et continue de bénéficier d'une note de Goldman Sachs réitérant son conseil d'achat avec un objectif de cours porté de 64 à 73 euros.

* GAMELOFT perd 2,75% après avoir publié des résultats semestriels qui ont déçu et conduit Natixis à abaisser son conseil d'achat à neutre.

* LANSON perd 2,36% après avoir fait état mardi de résultats en baisse au titre du premier semestre et prévenu que l'absence de visibilité sur les marchés européens l'empêchait de communiquer des perspectives pour 2013.

* ORPÉA (4,43%) a confirmé mercredi l'ensemble de ses objectifs financiers pour 2013 après avoir enregistré une nette amélioration de sa rentabilité au premier semestre en dépit de sa politique d'investissements dirigée notamment vers l'international.

Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

 
Le titre Vivendi cédait 2,19% à la mi-séance. Les divergences sur la gouvernance du groupe entre Vincent Bolloré et Jean-René Fourtou, qui tentent désormais de jouer l'apaisement, ont plongé le géant français de médias et de divertissement dans une nouvelle crise. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann