September 9, 2013 / 10:45 AM / 4 years ago

Les Bourses européennes en léger recul à la mi-séance

3 MINUTES DE LECTURE

Les Bourses européennes s'inscrivaient en légère baisse lundi vers la mi-séance. Vers 12h25, le CAC 40 cède 0,40% à Paris, le Dax limite son repli à 0,03% à Francfort et le FTSE recule de 0,38% à Londres. /Photo prise le 9 septembre 2013/Remote/Pablo Sanchez

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes s'inscrivaient en légère baisse lundi vers la mi-séance, le CAC 40 accusant le repli le plus marqué, en raison des incertitudes sur l'évolution de la situation en Syrie et le retour au premier plan des interrogations sur l'ampleur et le calendrier de la diminution du programme de soutien de la Réserve fédérale.

Wall Street, qui se reprend depuis le début du mois après une forte baisse en août, est attendue en légère hausse tandis que les places asiatiques ont surfé sur des indicateurs macroéconomiques encourageants et, plus spécifiquement pour Tokyo, sur l'attribution de l'organisation des Jeux olympiques d'été 2020 à la capitale japonaise.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,40% (-16,11 points) à 4.033,08 points vers 12h25. À Francfort, le Dax limitait son repli à 0,03% tandis que le FTSE reculait de 0,38% à Londres. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 se repliait de 0,34%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de quelque 0,2%.

Sur le marché des changes, le dollar maintient ses positions dans l'anticipation d'une revue à la baisse imminente du "QE3" de la Fed, qui organise sa réunion de politique monétaire la semaine prochaine. Le nombre de créations d'emploi inférieur aux attentes en août aux Etats-Unis a toutefois conduit certains intervenants à tabler sur une diminution moins importante que prévu de ce QE3.

"Tout le monde s'était dit que le mois de septembre serait celui de la réduction du programme de soutien de la Fed, l'inconnue étant le montant. Tout cela paraît aujourd'hui un peu moins sûr", a déclaré Darag Maher, analyste changes chez HSBC.

Sur le marché obligataire, le future sur Bund allemand évoluait pour une fois de pair avec le marché actions européen, cédant quelque 19 points de base.

Le cours de pétrole, qui a gagné environ 1% au cours des deux dernières séances en raison d'une possible intervention en Syrie, subissait un léger recul, sous le coup de prises de bénéfices.

Du côté des valeurs, l'action BG Group (-4,7%) accusait le plus fort repli de l'indice Euro Stoxx 600 après que le groupe gazier et pétrolier britannique a revu à la baisse ses perspectives en matière de production pour la troisième fois en un an.

Le titre Vivendi (+2,40%) enregistrait la deuxième plus forte hausse de l'indice Euro Stoxx 50 dans un contexte de tensions entre les deux hommes forts du groupe, le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou et son premier actionnaire Vincent Bolloré, concernant le choix du nouveau dirigeant de l'entreprise.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below