Tensions à la tête de Vivendi au sujet de la gouvernance

dimanche 8 septembre 2013 22h52
 

par Yann Le Guernigou et Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Des tensions sont apparues entre les deux hommes forts de Vivendi, le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou et son premier actionnaire Vincent Bolloré, concernant le choix du nouveau dirigeant du groupe, a-t-on appris dimanche de source au fait du dossier.

Face à ces désaccords, l'industriel breton, principal actionnaire du conglomérat dont il détient environ 5% du capital, a laissé entendre qu'il pourrait présenter sa propre candidature pour la présidence du directoire, a-t-on dit de même source, confirmant des informations rapportées samedi par Les Echos et BFM TV.

Le groupe de médias et de télécoms, qui a engagé depuis plus d'un an une vaste recomposition de son portefeuille pour tenter de redresser son cours de Bourse, s'est mis en quête d'un remplaçant pour succéder à Jean-François Dubos, président du directoire à titre intérimaire depuis le départ brutal de Jean-Bernard Lévy en juin 2012.

Selon la source au fait du dossier, Jean-René Fourtou, aux manettes du groupe depuis le départ de Jean-Bernard Lévy, a engagé un cabinet de recrutement dont les faveurs se seraient portés sur Thomas Rabe, dirigeant du groupe de médias allemand Bertelsmann, un choix qui ne convainc pas Vincent Bolloré.

Thomas Rabe a un parcours plus financier qu'opérationnel, a détaillé la source pour expliquer les réticences du dirigeant du groupe Bolloré, ajoutant qu'il était habituellement d'usage d'examiner plusieurs candidatures pour un poste d'un tel niveau, et notamment des candidatures internes.

Au-delà du candidat lui-même, c'est le déroulement du processus de recrutement qui ne satisfait pas l'entrepreneur, entré au conseil de surveillance de Vivendi en décembre dernier et qui s'est par le passé illustré par des coups en Bourse.

BOITE DE PANDORE

"Pourquoi maintenant ? Quelle urgence ? Sans définir d'abord une nouvelle gouvernance ni décider d'une stratégie future", ajoute la source, soulignant que le mandat qui avait été donné à Jean-René Fourtou consistait à solder le passé du groupe et non engager son avenir.   Suite...

 
Vincent Bolloré, actionnaire principal de Vivendi, est prêt à prendre la présidence du directoire du groupe de médias et de télécoms français, selon le quotidien économique Les Echos. /Photo d'archives/REUTERS/Valentin Flauraud