L'absentéisme des salariés en hausse de 18% en France en 2012

jeudi 5 septembre 2013 13h31
 

PARIS (Reuters) - L'absentéisme au travail en France a augmenté de 18% en 2012, pour la première fois depuis trois ans, et coûté près de sept milliards d'euros aux entreprises, selon une étude CSA pour Alma Consulting Group publiée jeudi.

Le taux d'absentéisme (4,53% contre 3,84% en 2011) représente une moyenne de 16,6 jours d'absence par salarié (contre 14 jours en 2011).

Cette hausse a touché pratiquement toutes les régions, principalement l'Ile-de-France, le Nord, la Méditerranée et le Grand Ouest. Il est en baisse dans le Sud-Ouest et Rhône-Alpes.

L'absentéisme a concerné en premier lieu le secteur des services avec 20 jours d'absence et celui de la santé (19,7 jours). L'absentéisme dans le BTP reste stable (10,3 jours).

Le phénomène est en forte hausse dans les entreprises de plus de 1.000 salariés.

Pour la première fois, les grandes entreprises enregistrent des taux plus importants que la moyenne nationale même si les cadres sont ceux qui sont le moins absents.

Le taux d'absence des employés, techniciens et agents de maîtrise rejoint celui des ouvriers jusqu'à présent toujours plus élevé.

L'absentéisme a coûté en 2012 aux entreprises 6,98 milliards d'euros et 8,77 milliards d'euros à l'Etat en termes d'indemnités journalières, soit une facture de près de 16 milliards d'euros pour le secteur privé.

Cette enquête a été réalisée du 18 mars au 6 mai 2013 auprès des directeurs des ressources humaines (DRH) de 323 entreprises représentant 315.801 salariés en 2012.

Ont été prises en compte les absences, toutes durées confondues, pour: maladie, accident de travail, accident de trajet et maladie professionnelle.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

 
L'absentéisme au travail en France a augmenté de 18% en 2012 -pour la première fois depuis trois ans- et coûté près de sept milliards d'euros aux entreprises, selon une étude CSA pour Alma Consulting Group. /Photo d'archives/REUTERS