Les Bourses européennes finissent dans le vert

mercredi 4 septembre 2013 18h27
 

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en légère hausse mercredi, dans le sillage du rebond amorcé par Wall Street, les investisseurs semblant reléguer provisoirement au second plan les préoccupations liées à la Syrie.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a clôturé en hausse de 0,21% et l'EuroStoxx 50 a pris 0,18%. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,16% à 3980,42 points. Le Footsie britannique a progressé de 0,1% et le Dax allemand de 0,19%.

Exception sur le Vieux Continent, la Bourse de Milan a cédé 1,35% après des articles de presse prêtant à Silvio Berlusconi l'intention de faire éclater la coalition au pouvoir s'il devait être privé de son siège au Sénat.

Autre baisse notable: le secteur du transport à cédé 1,6% après l'avertissement de Ryanair sur ses résultats. L'action de la compagnie irlandaise a chuté de 13,36%.

A Wall Street, après une ouverture timide, la hausse était plus franche au moment de la clôture européenne, tirée entre autres par les valeurs technologiques: vers 15h50 GMT, le Dow Jones gagnait 0,7%, le Standard & Poor's 500 0,86% et le Nasdaq Composite 1%.

Le marché américain profite entre autres des statistiques mensuelles de la balance commerciale, jugées de bon augure pour la croissance du troisième trimestre.

Les investisseurs continuent de suivre les débats sur le projet d'intervention militaire contre la Syrie après l'attaque chimique du 21 août. La prochaine étape décisive dans ce dossier sera le vote du Congrès américain, sans doute en début de semaine prochaine.

"Les gens espèrent qu'il y aura une frappe tactique et pas plus. Mais il y a des craintes de représailles et le marché n'a pas intégré l'hypothèse d'un conflit plus large", explique Mark Grant, de Southwest Securities.

Egalement très influencés par le dossier syrien, les cours du pétrole sont orientés à la baisse mais le Brent se maintient au-dessus du seuil de 115 dollars le baril. L'or se replie lui aussi, sous 1.400 dollars l'once.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES