2 septembre 2013 / 08:35 / il y a 4 ans

Le projet de banque de développement des BRICS avance lentement

A Durban, en Afrique du Sud, où le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) a formellement approuvé la création de la banque de développement commune aux pays du groupe, en mars dernier. Selon le ministre russe des Finances Sergueï Stortchak, les principaux pays émergents sont parvenus à un accord de principe sur la structure de cet organisme, mais des mois pourraient encore être nécessaires pour définir les modalités de sa mise en place. /Photo prise le 25 mars 2013/REUTERS/Rogan Ward

MOSCOU/BRASILIA (Reuters) - Les principaux pays émergents ont abouti à un accord de principe sur la structure de leur future banque de développement, qui devrait être dotée de 50 milliards de dollars de capitaux, mais des mois pourraient encore être nécessaires pour mettre au point les modalités de sa création, a déclaré le ministre russe des Finances, Sergueï Storchak.

Des représentants du Brésil, de la Russie, de l‘Inde, de Chine et de l‘Afrique du Sud ont conclu un accord début août sur le principe de la constitution du capital de la banque par le biais de trois sources, dont des souscriptions, a-t-il dit à des journalistes. Ses propos étaient publiables ce lundi.

Le projet de création de cette banque destinée à financer des projets d‘infrastructures avance lentement depuis son lancement, en raison notamment de désaccords entre les Etats sur son financement et sur sa gestion.

“Nous devons partir du principe que la banque ne commencera pas à fonctionner aussi vite qu‘on pourrait l‘imaginer”, a dit Sergueï Storchak. “Cela prendra des mois, peut-être un an.”

Le dossier devrait être évoqué de manière informelle en marge du sommet du G20 jeudi et vendredi à Saint-Pétersbourg, a-t-il ajouté.

Parmi les points sur lesquels un accord reste à trouver figurent la structure et la répartition du capital de la banque, le choix de son siège et la constitution de son équipe dirigeante, a expliqué le ministre russe.

“Il s‘agit de questions systémiques, complexes, les négociations sont difficiles”, a-t-il dit.

Le processus de prise de décision est compliqué par les sorties de capitaux massives qui touchent depuis plusieurs mois la plupart des marchés émergents, dont ceux des BRICS.

La création d‘une banque de développement commune aux pays du groupe a été évoquée pour la première fois en 2012 mais elle n‘a formellement approuvée que cette année lors du sommet des BRICS à Durban, en Afrique du Sud.

Un responsable gouvernemental brésilien directement associé aux négociations sur la banque commune de développement a expliqué que les pays du groupe débattaient toujours des apports financiers de chacun.

Il a ajouté que le Brésil était favorable à ce que chaque pays contribue à hauteur de 10 milliards de dollars.

“Il y a certains pays qui souhaitent une structure différente”, a dit ce responsable, qui a requis l‘anonymat. “Ce ne sera pas une négociation facile, nous ne sommes pas encore au bout.”

La Chine avait auparavant proposé de doter la nouvelle banque de 100 milliards de dollars de capitaux en prenant elle-même une part plus importante, ce qui avait suscité des désaccords et ralenti les discussions.

Lidia Kelly et Alonso Soto; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below