L'Oréal-Nestlé, le début d'un face-à-face

vendredi 30 août 2013 19h06
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après 40 ans de cohabitation pacifique, l'échéance de 2014 précipite L'Oréal et Nestlé dans un face-à-face qui nourrit les spéculations et enflamme la Bourse.

Le 29 avril 2014, l'accord de préemption liant les deux grands actionnaires de L'Oréal, Nestlé (29,5% du capital) et la famille Bettencourt (30,5% du capital), arrivera à échéance et le géant suisse a fait savoir cette semaine qu'il ne serait pas renouvelé.

Son président Peter Brabeck, tout en indiquant que toutes les options sont envisageables, y compris celle du statu quo, a clairement fait savoir que l'accord ne serait pas prolongé, alimentant les conjectures sur les intentions de Nestlé qui sera libre alors, s'il le souhaite, de céder sa part au plus offrant.

La réponse de L'Oréal ne s'est pas faite attendre. Son PDG Jean-Paul Agon a déclaré vendredi que le groupe disposait "d'importantes" ressources financières.

Après la publication d'un article de presse laissant entendre que L'Oréal était prêt à racheter la part de Nestlé, il a tenu à préciser qu'il n'avait nullement dit que L'Oréal était "prêt" ou "désireux" de racheter cette part, mais simplement que le groupe disposait de "ressources financières importantes" pour réaliser des acquisitions.

"Toutes les options sont ouvertes", a-t-il ajouté, reprenant la formule de Peter Brabeck.

Le scénario d'un éventuel rachat de cette part, jugé possible d'un point de vue financier - L'Oréal est gorgé de cash et peut disposer de sa part de 9% dans Sanofi - a fait flamber le titre L'Oréal à la Bourse de Paris (+4% dans un marché en baisse de 1%).

Une telle opération serait en effet suivie de l'annulation d'une partie des actions rachetées et doperait de façon automatique le bénéfice par action du géant des cosmétiques.   Suite...

 
Après 40 ans de cohabitation pacifique, l'échéance de 2014 précipite L'Oréal et Nestlé dans un face-à-face qui nourrit les spéculations et enflamme la Bourse. Le 29 avril 2014, l'accord de préemption liant les deux grands actionnaires de L'Oréal, Nestlé (29,5% du capital) et la famille Bettencourt (30,5% du capital), arrivera à échéance et le géant suisse a fait savoir cette semaine qu'il ne serait pas renouvelé. /Photo prise le 30 août 2013/REUTERS/Régis Duvignau