Accor laisse le marché sur sa faim

mercredi 28 août 2013 12h08
 

par Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Accor a joué la prudence mercredi tant sur les projets de son tout nouveau PDG que sur celui de ses perspectives financières après un premier semestre inférieur aux attentes, ce qui déçoit les investisseurs.

Le plus grand groupe hôtelier européen a fait état d'une baisse de 6,4% de son bénéfice d'exploitation semestriel, en raison d'un environnement de marché toujours difficile en Europe et des investissements de son "plan digital" qui accompagne son passage à l'ère numérique.

Sur l'année, Accor a dit prévoir un résultat d'exploitation compris entre 510 et 530 millions d'euros, contre 526 millions en 2012, alors que le marché tablait en moyenne sur 535 millions, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Surtout, au lendemain de la nomination à sa tête de Sébastien Bazin - qui connaît le groupe de longue date puisqu'il vient du fonds Colony Capital, son premier actionnaire -, Accor n'a rien laissé filtré sur une accélération ou une réorientation de son plan de transformation qui vise notamment 80% de chambres en franchise ou sous gestion d'ici la fin 2016 ('asset management') pour réduire l'endettement et doper les marges.

Les objectifs de moyen terme du groupe contenus dans son plan à horizon 2016 restent valides, a indiqué lors d'une conférence téléphonique la directrice financière Sophie Stabile, qui a présenté seule les résultats semestriels.

"Il est trop tôt", a-t-elle dit, pressée de questions sur ce sujet lors d'une conférence avec les analystes. "À ce jour, le plan stratégique n'a pas changé."

"Nous reviendrons sans doute vers vous d'ici la fin de l'année."

L'ACTIVITÉ DEVRAIT ÊTRE SOUTENUE AU 2e SEMESTRE   Suite...

 
Au lendemain de la nomination à sa tête de Sébastien Bazin, Accor a joué la prudence mercredi tant sur les projets de son tout nouveau PDG que sur celui de ses perspectives financières après un premier semestre inférieur aux attentes, ce qui déçoit les investisseurs. /photo prise le 28 août 2013/REUTERS/Jacky Naegelen