Wall Street recule face au risque d'une escalade en Syrie

mardi 27 août 2013 22h33
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a subi mardi sa plus forte baisse depuis juin, la perspective de plus en plus nette d'une intervention armée occidentale dans le conflit syrien ayant brusquement ravivé l'aversion au risque des investisseurs.

L'indice Dow Jones a perdu 170,33 points, soit 1,14%, à 14.776,13. Le Standard & Poor's 500 a cédé 26,30 points (-1,59%) à 1.630,48 et le Nasdaq Composite a reculé de 79,05 points (-2,16%) à 3.578,52.

Le S&P 500 affiche ainsi son recul le plus marqué en une seule séance depuis le 20 juin et il est repassé sous sa moyenne mobile sur 100 jours pour la première fois depuis le 24 juin, ce qui traduit une dégradation de la tendance à court terme.

Selon plusieurs sources, l'opposition syrienne a été informée par les Occidentaux qu'une intervention armée contre le régime de Bachar al Assad n'était désormais plus qu'une question de jours. Et le secrétaire à la Défense américain, Chuck Hagel, a confirmé que l'armée américaine se tenait prête à agir immédiatement au cas où Barack Obama en donnerait l'ordre.

Alors que le marché était jusqu'à présent préoccupé avant tout par l'évolution de la politique monétaire de la Réserve fédérale américain, certains investisseurs se préparent à ajuster leurs portefeuilles à celle de la situation en Syrie.

"Le risque géopolitique était secondaire en terme d'allocation d'actifs mais désormais, il doit être revu à la hausse", explique Keo Grohowski, directeur des investissements de BNY Mellon Wealth Management. "Agir ainsi alors que le marché évoluait déjà sur une note faiblarde accentue sa faiblesse."

L'indice de volatilité du CBOE, baromètre de l'aversion au risque des investisseurs, a bondi de 11,8%, portant à plus de 20% sa hausse sur les deux dernières séances.

Environ 80% des sociétés cotées sur le New York Stock Exchange et le Nasdaq ont reculé ce mardi et les dix indices sectoriels S&P ont fini dans le rouge. Les valeurs financières et les matières premières ont subi les plus fortes corrections avec des reculs de 2,43% et 2,5% respectivement.

LE PÉTROLE ET L'OR EN HAUSSE   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS