L'Argentine propose un échange de dette à ses créanciers

mardi 27 août 2013 10h53
 

par Alejandro Lifschitz et Brad Haynes

BUENOS AIRES (Reuters) - Le gouvernement argentin propose un échange de dette volontaire à ses créanciers internationaux qui conduirait à ce que les sommes dues leur soient payées dans le pays si sa condamnation en appel par la justice américaine, à rembourser plus d'un milliard de dollars à des prêteurs réfractaires, ne peut pas être annulée.

La présidente argentine Cristina Fernandez a proposé cet échange lundi soir au cours d'une allocution télévisée.

Il permettrait selon elle à l'Argentine de continuer à honorer ses engagements vis-à-vis des créditeurs qui avaient accepté la restructuration de sa dette lorsque le pays avait fait défaut sur un montant record de 100 milliards de dollars d'emprunts souverains en 2002.

Les investisseurs internationaux auraient la possibilité d'échanger les emprunts qu'ils détiennent contre des emprunts de droit argentin si les appels introduits contre la récente décision de la justice américaine étaient rejetés, a déclaré à Reuters une source gouvernementale qui a requis l'anonymat.

Un tribunal new-yorkais a confirmé vendredi la condamnation de l'Etat argentin à rembourser 1,33 milliard de dollars (994 millions d'euros) à des fonds spéculatifs qui avaient refusé de lourdes décotes lors de la restructuration de sa dette.

Si l'Argentine refuse d'effectuer ce remboursement, la décision de la justice américaine prévoit la possibilité de bloquer les paiements à l'étranger pour les 93% de créanciers obligataires qui avaient accepté les restructurations de dette de 2005 et 2010 qui se traduites par une décote de plus de 70%.

En appelant directement à la Cour suprême américaine, Cristina Fernandez lui a demandé d'annuler la décision prononcée vendredi, faisant valoir qu'elle est de nature à fragiliser toutes les opérations de restructuration de dettes à l'avenir.

Elle a aussi proposé une troisième restructuration de la dette sur laquelle le pays a fait défaut pour les créanciers réfractaires sur la base des conditions de 2010.   Suite...

 
La présidente argentine Cristina Fernandez a proposé lundi un échange de dette volontaire à ses créanciers internationaux, qui conduirait à ce que les sommes dues leur soient payées dans le pays si sa condamnation en appel par la justice américaine, à rembourser plus d'un milliard de dollars à des prêteurs réfractaires, ne peut pas être annulée. /Photo d'archives/REUTERS/Marcos Brindicci