Peu élevée, l'inflation perturbe la Fed aux Etats-Unis

vendredi 23 août 2013 12h07
 

par Jason Lange

WASHINGTON (Reuters) - Si les signes d'embellie économique se multiplient aux Etats-Unis, le rythme actuel de l'inflation n'en fait pas partie et incite certains experts à redouter un risque déflationniste.

Au cours de l'année écoulée, le taux de chômage américain a reculé de près d'un point de pourcentage, le secteur de l'immobilier a accéléré et l'endettement des ménages est revenu à un niveau sans précédent en l'espace d'une décennie.

Les entreprises ont de leur côté beaucoup de mal à relever les prix et les différentes mesures d'inflation montrent un ralentissement spectaculaire sur l'année écoulée, un phénomène contraire à ce qui se produit habituellement dans les phases de reprise économique.

Les raisons de ce ralentissement divisent les experts, mais l'une des hypothèse est qu'il est imputable aux effets de la récession de 2007-2009.

Si tel est le cas, la question de l'inflation pourrait se mettre en travers du souhait de la Réserve fédérale de mettre fin à son programme de rachats d'actifs d'ici la mi-2014.

Au cours des 12 mois à juin, les prix à la consommation ont augmenté de 1,3%, ce qui représente environ la moitié du rythme que l'économie américaine enregistrait début 2012. Le ralentissement est perceptible presque partout, que ce soit dans la santé, dans le divertissement ou dans l'habillement.

Un bas niveau d'inflation effraie les responsables politiques car les risques sont alors accrus de voir un choc économique - par exemple un effondrement en Europe ou en Chine - se traduire par une diminution des prix qui entraînerait les Etats-Unis dans une spirale déflationniste.

ÉCONOMIE FRAGILE   Suite...

 
La Réserve fédérale américaine, à Washington. Si les signes d'embellie économique se multiplient aux Etats-Unis, le rythme actuel de l'inflation n'en fait pas partie et incite certains experts à redouter un risque déflationniste. /Photo d'archives/REUTERS/Larry Downing