Rabobank passe une charge liée au Libor

jeudi 22 août 2013 18h27
 

AMSTERDAM (Reuters) - Rabobank , dont le nom est régulièrement cité dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor, a dit jeudi avoir passé une charge dans ses comptes du premier semestre en vue d'un accord avec les régulateurs.

Dans un communiqué, le deuxième groupe financier des Pays-Bas par le bilan, précise s'attendre à ce que certaines instances de régulation bouclent leur enquête cette année.

"Prenant en compte les incertitudes concernant le calendrier des travaux d'investigation, Rabobank a fait une estimation du montant d'un accord", ajoute la banque.

"Rabobank ne dévoile pas des informations détaillées au sujet de ces provisions, estimant que cela pourrait lui porter un grave préjudice".

La banque a précisé que la somme mise de côté pour le Libor n'était pas incluse dans le poste "provisions" de son bilan financier mais dans la catégorie "autres engagements", cette dernière s'élevant à 11,88 milliards de dollars à fin juin, contre 11,07 milliards à fin décembre et 11,32 milliards il y a un an.

En février dernier, une agence de presse avait rapporté que Rabobank devrait écoper d'une amende plus de 440 millions de dollars (329 millions d'euros) dans le cadre d'un accord avec les autorités de régulation.

Si cette somme est avérée, l'amende de Rabobank serait du même ordre que celle de 290 millions de livres (336 millions d'euros ou 438 millions de dollars) infligée en juin dernier à Barclays.

Royal Bank of Scotland a écopé début février d'une amende de 612 millions de dollars et UBS a accepté en décembre de régler 1,5 milliard de dollars dans le cadre de ce scandale.

Il y a dix jours, une source proche du dossier a dit que la Bafin, l'autorité allemande de régulation du secteur bancaire, avait terminé son rapport sur le rôle joué par Deutsche Bank dans l'affaire de manipulation du taux interbancaire Libor.   Suite...

 
Rabobank, dont le nom est régulièrement cité dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor, a passé une charge dans ses comptes du premier semestre en vue d'un accord avec les régulateurs. /Photo prise le 15 janvier 2013/REUTERS/Beawiharta