Un "effet cocktail" en vue pour la croissance française ?

jeudi 22 août 2013 13h09
 

par Marc Joanny

PARIS (Reuters) - La bonne surprise de la croissance française au deuxième trimestre reste à confirmer mais la capacité de la deuxième économie de la zone euro à renouer avec l'expansion et la compétitivité peut encore surprendre.

La rechute inattendue de l'indice composite des directeurs d'achat (PMI) pour le mois d'août augure certes mal de l'activité au troisième trimestre après le rebond du printemps.

Elle conforte aussi les nombreux économistes qui ont souligné que la croissance plus soutenue qu'attendu au deuxième trimestre, en France comme dans plusieurs autres pays de la zone euro, ne devait pas faire illusion.

"Difficultés persistantes du secteur bancaire, consolidation budgétaire inachevée, désendettement du secteur privé, faiblesse du commerce mondial... empêchent une reprise solide et durable", écrivaient ainsi les économistes de Natixis en réaction à l'annonce d'une croissance du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre de 0,3% en zone euro et de 0,5% en France.

"Le risque de récession recule mais la capacité d'accélération de l'économie reste limitée", ont aussi prévenu les économistes de CM-CIC Securities, ajoutant toutefois que "les meilleures perspectives de croissance pour l'année 2013 réduisent l'incertitude sur un dérapage du déficit public en fin d'année (...) et le risque d'un accident sur les taux français".

"Il y a une tendance à l'affaiblissement dans les PMI (en France) et au regard de ce que nous constatons dans le reste de la zone, nous nous attendons à ce que les entreprises françaises deviennent un peu plus confiantes d'ici la fin de l'année", déclare Chris Williamson, économiste chez Markit qui compile les indices PMI et a fait état d'une poursuite de leur redressement pour la zone euro dans son ensemble ce mois-ci.

Selon lui, ces indices repasseront cette année en France au-dessus de seuil de 50 qui sépare les phases d'expansion et de contraction de l'activité, laissant espérer une sortie d'une longue phase de stagnation de l'économie française dont la variation du PIB en volume a oscillé autour de zéro de trimestre en trimestre depuis deux ans.

"HOMÉOPATHIE DE L'OFFRE"   Suite...

 
La bonne surprise de la croissance française au deuxième trimestre reste à confirmer mais la capacité de la deuxième économie de la zone euro à renouer avec l'expansion et la compétitivité peut encore surprendre. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer