August 13, 2013 / 8:24 AM / in 4 years

Le Brésil reporte d'au moins un an un projet de TGV

2 MINUTES DE LECTURE

Le gouvernement brésilien a reporté d'au moins un an un appel d'offres pour un projet de ligne ferroviaire à grande vitesse en raison du peu de candidatures. Seul un groupe emmené par le français Alstom et comprenant la SNCF avait bouclé son dossier pour la date limite de vendredi et le gouvernement ne souhaitait pas s'exposer à des critiques en attribuant un marché public de cette importance à un candidat unique. /Photo d'archives/Paulo Whitaker

BRASILIA (Reuters) - Le gouvernement brésilien a reporté d'au moins un an un appel d'offres pour un projet de ligne ferroviaire à grande vitesse en raison du peu de candidatures, a annoncé lundi soir le ministre des Transports César Borges.

Seul un groupe emmené par le français Alstom et comprenant la SNCF avait bouclé son dossier pour la date limite de vendredi, ont indiqué des sources.

Selon des analystes, le gouvernement ne souhaitait pas s'exposer à des critiques en attribuant un marché public de cette importance à un candidat unique.

Le projet, d'un montant total de 38 milliards de reais (12,6 milliards d'euros), porte sur la construction de la ligne à grande vitesse entre Sao Paulo et Rio de Janeiro, les deux principales villes du Brésil.

Cette ligne de 216 km, dont l'exploitation est prévue à partir de 2020, est au coeur des projets d'investissements de la présidente Dilma Roussef pour moderniser les infrastructures du pays via des concessions privées.

Un précédent appel d'offres avait dû être annulé en 2011 faute de candidats.

César Borges a expliqué lors d'une conférence de presse que des groupes espagnols et allemands s'étaient engagés à présenter également leur candidature à condition d'obtenir plus de temps pour se préparer.

"Nous souhaitons le plus de concurrence possible", a dit de son côté le directeur de l'agence d'infrastructures EPL, Bernardo Figueiredo.

Il a ajouté espérer que des candidats japonais et sud-coréens se manifestent aussi.

Inquiet d'être écarté après la catastrophe ferroviaire qui a fait 79 morts près de Saint-Jacques-de-Compostelle le mois dernier, le consortium espagnol formé par le groupe industriel Talgo et la compagnie nationale Renfe avait demandé un délai la semaine dernière pour monter son dossier.

Leonardo Goy, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below