Croissance décevante au Japon

lundi 12 août 2013 11h36
 

par Leika Kihara et Stanley White

TOKYO (Reuters) - La croissance de l'économie japonaise a été moins dynamique qu'attendu au deuxième trimestre, une performance décevante qui plaide pour un report du relèvement de la TVA même si la dette publique vient de franchir le seuil symbolique du million de milliards de yens (7.772 milliards d'euros).

Les entreprises ont réduit leurs investissements pour le sixième trimestre d'affilée, signe qu'elles ne sont pas encore pleinement rassurées par les politiques du gouvernement de Shinzo Abe, censées sortir l'archipel de la déflation et de la stagnation.

Le produit intérieur brut (PIB) de la troisième économie mondiale a crû de 2,6% en rythme annualisé sur la période avril-juin. Ce chiffre marque un troisième trimestre consécutif d'expansion mais aussi une performance moins bonne que prévu puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 3,6%.

Il est en outre inférieur à la croissance des trois premiers mois de l'année, révisée en baisse à 3,8% annualisé.

"Il n'y a aucune nécessité de relever d'urgence la TVA", a déclaré à Reuters Koichi Hamada, l'un des principaux conseillers de Shinzo Abe et professeur honoraire à l'Université de Yale.

"L'une des idées envisagées consiste à tout repousser d'un an. J'ai le sentiment que relever la TVA selon le calendrier prévu pourrait pénaliser l'économie."

Shinzo Abe a mis en oeuvre depuis son arrivée au pouvoir en décembre d'ambitieuses réformes des politiques monétaire et budgétaire, avec pour effet une nette dépréciation du yen, une envolée de la Bourse de Tokyo et un coup de fouet à la consommation des ménages.

Mais les observateurs, comme les investisseurs, continuent de s'interroger sur la capacité du Premier ministre à engager des réformes structurelles et à endiguer l'envolée de la dette publique.   Suite...

 
LA CROISSANCE AU JAPON