Les financières font leur come-back à Wall Street

dimanche 11 août 2013 17h42
 

par Alison Griswold

NEW YORK (Reuters) - Tombé en disgrâce avec la crise de 2007-2008, le secteur financier est sur le point de retrouver les premiers rôles à Wall Street aux côtés des valeurs technologiques.

A leur pic du 1er juin 2007, les valeurs de l'indice sectoriel de la finance du Standard & Poor's 500 avaient une capitalisation boursière cumulée de 2.900 milliards de dollars (2.175 milliards d'euros), soit 30% de plus que le deuxième groupe le plus important, celui des techs.

La crise des subprimes a fait chuter leur valeur boursière de 2.400 milliards de dollars, 83% au total -à comparer à un plongeon de 58% pour l'indice S&P-500- et le secteur technologique est devenue la première pondération du S&P en mai 2008.

A son plus bas en mars 2009, la capitalisation boursière du secteur financier n'était plus que de 510 milliards de dollars, l'équivalent de la valeur boursière combinée des seuls groupes JPMorgan Chase & Co. et Citigroup avant la crise. Son poids dans le S&P était alors tombé à 8,9%, au plus bas depuis 1991, à l'époque de la crise des caisses d'épargne américaines (Savings & Loan).

L'ampleur de la chute rend ce come-back d'autant plus remarquable. Aujourd'hui, le secteur financier a retrouvé un poids de 16,6% dans le S&P, soit un petit point de pourcentage de moins que le secteur technologique, montrent les données de S&P Dow Jones Indices. Au début de cette année, l'écart entre les deux était encore de 3,5 points.

"Le sentiment envers le secteur bancaire était tellement négatif que personne, à commencer par les grands gourous de la finance, n'a vu venir son redressement", observe Dick Bove, analyste bancaire chez Rafferty Capital Markets à Tampa en Florida. "Depuis quelques semaines, ils s'y sont enfin mis et tous saluent le grand retour en force des bancaires."

Depuis le début de l'année, le compartiment financier a progressé de près de 25%, dépassé seulement par la santé et les biens de consommation.

Le mouvement est tiré pour l'essentiel par les grands noms du secteur. JPMorgan Chase, Citigroup et Bank of America ont gagné au moins 24% depuis le début de l'année ; Wells Fargo, devenue la première banque américaine par la capitalisation boursière, a pris pas loin de 27%, avec à la clé un record fin juillet.   Suite...

 
Un trader à Wall Street. Tombé en disgrâce avec la crise de 2007-2008, le secteur financier est sur le point de retrouver les premiers rôles à Wall Street aux côtés des valeurs technologiques. /Photo prise le 11 juillet 2013/REUTERS/Lucas Jackson