Les banques de l'UE ont fermé 5.500 agences en 2012

dimanche 11 août 2013 17h11
 

LONDRES (Reuters) - Les banques de l'Union européenne ont fermé au total 5.500 agences l'an dernier, soit 2,5% de l'ensemble de leurs réseaux, portant à 20.000 le nombre des agences fermées dans le secteur depuis le début de la crise en 2008.

Le chiffre de 2012 marque un ralentissement de ce mouvement après les 7.200 fermetures enregistrées l'année précédente, montrent les statistiques de la Banque centrale européenne (BCE) analysées par Reuters.

Entre fin 2008 et fin 2012, les banques de l'UE ont fermé au total 8% de leurs agences, ramenant leur nombre à 218.687, soit une pour 2.300 personnes.

L'an dernier, les pays les plus concernés par les fermetures ont été ceux dits "périphériques", les plus en difficulté.

La Grèce a ainsi fermé 219 agences, soit 5,7% de son réseau, notamment en raison des fusions au sein des banques locales. Cette tendance devrait se maintenir en 2013, le groupe Piraeus devant baisser le rideau d'une partie des 312 agences reprises en mars à des groupes chypriotes.

En Espagne, ce sont 1.963 agences qui ont mis la clé sous la porte en 2012, soit 4,9% du total. Et le chiffre des trois premiers mois de 2013 approche 700 selon les données publiées par la Banque d'Espagne.

Le réseau d'agences irlandais s'est quant à lui réduit de 3,3% en 2012, l'italien de 3,1%.

En France, les banques n'ont fermé au total que 79 agences l'année dernière et la baisse sur quatre ans ressort à moins de 3%, alors qu'elle atteint 5% au Royaume-Uni et plus de 8% en Allemagne.

L'Hexagone est le pays de l'Union qui compte le plus d'agences bancaires, près de 38.450 fin 2012, soit une pour 1.709 personnes, un ratio qui classe la France juste dernière l'Espagne et Chypre.   Suite...

 
Une ancienne agence bancaire désormais fermée à Séville. Les banques de l'Union européenne ont fermé au total 5.500 agences l'an dernier, soit 2,5% de l'ensemble de leurs réseaux, portant à 20.000 le nombre des agences fermées dans le secteur depuis le début de la crise en 2008. /Photo prise le 15 mars 2013/REUTERS/Marcelo del Pozo