La cession du Printemps validée par la justice

jeudi 8 août 2013 17h01
 

PARIS (Reuters) - Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a validé jeudi la cession du Printemps à des investisseurs qataris, a annoncé la direction du groupe de grands magasins.

Les représentants de l'intersyndicale, qui jugeaient opaque la procédure de cession engagée par le groupe, avaient assigné le groupe en référé début juillet pour délit d'entrave.

"Le président du tribunal de grande instance de Paris a validé sans réserve le processus d'information-consultation du Comité central d'entreprise (CCE) mis en oeuvre par la direction du Printemps dans le cadre de la cession aux nouveaux investisseurs", écrit le groupe dans un communiqué.

"Cette décision confirme donc qu'aucune irrégularité n'a été commise dans le cadre de la procédure, qui s'est déroulée conformément à la loi", ajoute-t-il.

Le juge a décidé de débouter le comité central d'entreprise de la SAS Printemps de sa demande de reprise de la procédure et a refusé de suspendre la cession comme cela lui était demandé.

Selon la direction du Printemps, la justice a déclaré "irrecevables les demandes dirigées contre la SCA Borletti Group Finance et la SA Divine Investments".

Les syndicats estimaient que le Comité central d'entreprise (CCE) n'avait pas été suffisamment informé des modalités de la cession, notamment sur l'identité de l'acquéreur, le montage financier et le montant de divers commissionnements.

Ils déploraient également l'absence d'explication sur la nouvelle stratégie de l'acquéreur, craignant des suppressions d'emploi, en particulier sur la centrale d'achat du Printemps, qui emploie environ 350 personnes.

ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE   Suite...

 
Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a validé jeudi la cession du Printemps à des investisseurs qataris. Les représentants de l'intersyndicale, qui jugeaient opaque la procédure de cession engagée par le groupe, avaient assigné le groupe en référé début juillet pour délit d'entrave. /Photo prise le 5 avril 2013/REUTERS/Charles Platiau