Nestlé abaisse son objectif de ventes en 2013

jeudi 8 août 2013 11h11
 

par Silke Koltrowitz

ZURICH (Reuters) - Nestlé a fait état d'une croissance organique de 4,1% au premier semestre, une évolution à la fois inférieure aux attentes et à celle de ses deux grands concurrents Danone et Unilever, le groupe agroalimentaire suisse souffrant de la faiblesse de la consommation en Europe.

Au vu de ces performances mitigées, la société a revu en baisse sa prévision de croissance du chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année, n'anticipant plus qu'une hausse autour de 5% contre une estimation précédente située entre +5% et +6%.

Le titre recule de 2,47% à 63,10 francs à Zurich à 8h35 GMT, entraînant Unilever, qui perd 0,73% et Danone, qui cède 0,72%, les deux valeurs figurant parmi les plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50. L'indice de l'alimentation et des boissons perd 1%, plus net repli sectoriel en Europe.

"La croissance organique s'est quelque peu atténuée, reflétant une adaptation des prix par nos marchés, comme nous avons exploité la baisse des coûts des matières premières pour répondre aux attentes des consommateurs aujourd'hui plus soucieux des prix", précise Nestlé dans un communiqué.

Sa directrice financière, Wan Ling Martello, a même précisé que le nouvel objectif de ventes serait difficile à atteindre, et que l'amélioration des marges de 20 points de base réalisée au premier semestre ne devrait pas être répétée au second.

"Nous fixons un objectif de 5% mais ce ne sera pas facile, ce sera tendu", a-t-elle dit lors d'une conférence téléphonique pour les analystes et la presse.

"Nous ne nous attendions pas à ce que les coûts des matières premières soient aussi favorables au premier trimestre."

Le responsable des relations avec les investisseurs Roddy Child-Villiers a confirmé que les coûts de production devraient augmenter de moins de 5% sur l'année.   Suite...

 
Nestlé fait état d'une croissance organique de 4,1% sur le premier semestre, évolution à la fois inférieure aux attentes et à celle de ses deux principaux concurrents, Danone et Unilever. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse