Fonterra tente de rassurer sur son petit-lait

lundi 5 août 2013 14h00
 

par Gyles Beckford et Megha Rajagopalan

WELLINGTON/PEKIN (Reuters) - Le groupe néo-zélandais Fonterra, premier exportateur mondial de produits laitiers, a présenté ses excuses lundi pour avoir vendu en Chine du lait en poudre présentant un risque de contamination, une affaire qui risque de mettre à mal la réputation de la Nouvelle-Zélande en matière de sécurité alimentaire.

La coopérative a reconnu pendant le week-end avoir trouvé des toxines botuliques dans des concentrés de petit-lait fabriqués dans une de ses usines et exportés vers la Chine, la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande et l'Arabie saoudite en vue de la production de lait infantile et de boissons énergisantes.

Le directeur général de Fonterra, Theo Spierings, s'est rendu dès lundi à Pékin pour tenter de rassurer les médias et les consommateurs chinois.

"Nous regrettons vraiment la détresse et l'anxiété que ce problème a pu susciter", a-t-il dit en assurant que les méthodes de traitement conventionnelles suffisaient à tuer les bactéries. "Les parents ont le droit de savoir que les produits laitiers destinés aux enfants en bas âge sont inoffensifs et sûrs."

Theo Spierings a souligné que Pékin n'avait pas interdit les produits de Fonterra en Chine mais imposé seulement des restrictions sur les concentrés de protéines de petit-lait.

Il a ajouté s'attendre à ce que ces restrictions soient levées dès cette semaine, sitôt que Fonterra aura fourni des explications détaillées aux autorités chinoises. La majorité des produits contaminés ont d'ores et déjà été récupérés et le problème sera réglé dans les deux jours, quand tous les produits auront été rappelés, a-t-il assuré.

La crainte d'un nouveau scandale du lait contaminé qui aurait rejailli sur la Nouvelle-Zélande a fait reculer le dollar néo-zélandais sur le marché des changes lundi. L'industrie des produits laitiers pèse quelque neuf milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) dans le pays et représente un quart environ du revenu de ses exportations.

AUCUNE PLAINTE   Suite...

 
Le directeur général de Fonterra, Theo Spierings, lors d'une conférence de presse lundi à Pékin. Le groupe néo-zélandais, premier exportateur mondial de produits laitiers, a reconnu ce week-end avoir trouvé des toxines botuliques dans certains de ses produits, ce qui a amené la Chine à suspendre une partie de ses importations de laits en poudre et Danone à rappeler certains de ses produits. /Photo prise le 5 août 2013/REUTERS/Kim Kyung-Hoon