LVMH observe une meilleure dynamique chez Vuitton

vendredi 26 juillet 2013 16h36
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Louis Vuitton, la marque phare du groupe LVMH, a vu sa croissance s'améliorer au deuxième trimestre, mais devra confirmer la tendance pour remettre LVMH sur les rails d'une dynamique de résultats plus favorable.

Le maroquinier, qui pèse pour plus de la moitié de la rentabilité du groupe, a vu ses ventes progresser de 5% à taux de change constants au deuxième trimestre, selon les analystes (LVMH ne divulgue que les chiffre d'ensemble de sa division mode-maroquinerie), après être tombées autour de 2% au premier.

La division a profité d'une solide hausse de ses ventes au Japon et en Europe, où les flux touristiques se sont accrus, tandis que la croissance est restée atone en Asie, a précisé aux analystes vendredi le directeur financier de LVMH.

En recul depuis le premier semestre 2012, la marge de la division, dans laquelle Vuitton pèse pour 75% des ventes, a poursuivi sa baisse au premier semestre 2013.

Mais la rentabilité de Louis Vuitton, elle, a "légèrement progressé", a assuré Jean-Jacques Guiony, indiquant que la griffe avait eu une "meilleure marge brute et de moindre coûts opérationnels" et que la division avait pâti d'investissements dans le développement du réseau de Berluti et Céline.

"Tant qu'ils ne donnent pas d'éléments chiffrés sur différentes marques du pôle, on reste sur sa faim", relativise un analyste visiblement irrité, pour qui Louis Vuitton doit encore faire les preuves de ses capacités d'un retour à une forte croissance.

Compte-tenu du poids de la marque dans les profits du groupe, le recul de sa croissance pendant six trimestres d'affilée a nourri des inquiétudes sur les marges et pesé lourdement sur le titre en Bourse.

SOULAGEMENT ET REBOND DU TITRE   Suite...

 
Louis Vuitton, la marque phare du groupe LVMH, a vu sa croissance s'améliorer au deuxième trimestre, mais devra confirmer la tendance pour remettre LVMH sur les rails d'une dynamique de résultats plus favorable. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria