Faurecia supprimerait huit sites d'armatures de sièges auto

mercredi 24 juillet 2013 17h37
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Faurecia prévoit de supprimer huit de ses 22 usines de mécanismes et d'armatures de sièges automobiles dans le monde d'ici 2017, a-t-on appris mercredi de sources au fait du dossier.

L'équipementier, qui entend ainsi optimiser sa production et l'adapter à l'évolution du marché automobile, a précisé que ce projet ne concernait pas la France, où aucune nouvelle usine de composants métalliques de siège ne serait fermée, ont ajouté les sources.

Ces annonces ont été faites la semaine dernière par Patrick Koller, vice-président exécutif de Faurecia Automotive Seating, lors d'une présentation interne à l'entreprise, filiale de PSA Peugeot Citroën.

"Il nous a dit qu'il n'y aurait pas de nouvelle fermeture en France", a déclaré une des sources.

Dans l'Hexagone, où il compte en tout sept usines de composants de sièges, Faurecia a déjà entrepris en 2011 de fermer un site d'armatures, situé à Nompatelize (Vosges), et d'attirer sur place une production de voitures électriques pour reclasser les 270 salariés de son usine.

Patrick Koller n'a pas précisé les pays concernés par les fermetures, dont certaines sont déjà engagées, ni leurs retombées en matière d'emploi. L'Europe, selon les sources, devrait être particulièrement concernée.

Patrick Koller n'a pas indiqué non plus dans quelle mesure la réduction du nombre de sites passerait par des fermetures, des regroupements ou des cessions.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de Faurecia.   Suite...

 
Le PDG de Faurecia Yann Delabrière. Selon des sources au fait du dossier, l'équipementier va supprimer huit de ses 22 usines de mécanismes et d'armatures de sièges automobiles dans le monde d'ici 2017, afin d'optimiser sa production et l'adapter à l'évolution du marché automobile. Ce projet ne concernerait toutefois pas la France. /Photo prise le 12 février 2013/REUTERS/Philippe Wojazer