24 juillet 2013 / 06:49 / il y a 4 ans

Edenred compte sur les émergents en 2013, et sur l'Europe

PARIS (Reuters) - Edenred s'est déclaré mercredi confiant pour 2013 en raison de la poursuite attendue de la forte croissance du groupe dans les pays émergents et du redressement des activités en Europe, qui devrait se confirmer au second semestre.

L'inventeur du ticket restaurant, dont le volume d'émission a progressé de 11% au premier semestre à 8.576 millions d'euros, a confirmé que cet indicateur clé du secteur devrait progresser entre 6% à 14% sur la totalité de l'exercice.

Le volume d'émission, qui avait reculé de 0,3% en Europe au 1er trimestre, affiche une croissance organique de 5,7% au 2e trimestre sur ce continent (soit +2,7% sur le semestre).

Lors d'une conférence téléphonique, le PDG, Jacques Stern, a déclaré entrevoir au second semestre "une situation en Europe qui sera même légèrement meilleure que ce qu'elle a été au premier semestre".

S'agissant de l'Amérique latine (+18,4% en organique sur le semestre), Jacques Stern a pronostiqué "une continuation de la croissance avec peut-être un petit ralentissement au Brésil".

L'ancienne branche de services prépayés du groupe Accor se fixe pour l'exercice en cours un objectif de résultat d'exploitation courant compris entre 370 et 390 millions d'euros, au regard des 172 millions réalisés sur les six premiers mois de l'année.

"Cette objectif prend en compte un deuxième semestre de même facture que le premier", a précisé Jean Stern.

Globalement, les performances affichés par le groupe sont conformes à ses attentes sur les six premiers mois, la contribution de ses acquisitions ayant compensé l'impact défavorable des changes.

Le groupe prévoit de poursuive des acquisitions ciblées de taille moyenne, notamment dans des pays émergents, afin d'accélérer sa croissance organique.

Enfin, Jacques Stern a estimé que les changes continueraient à se dégrader sur l'année, notamment avec le real brésilien.

L'action Edenred a clôturé mardi à 22,73 euros (-0,35%), faisant ressortir une capitalisation boursière de 5,1 milliards d'euros. Elle a perdu 2,45% depuis le début de l'année, après un gain de 22,5% l'an dernier.

Noëlle Mennella, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below