La Chine s'essaye au dégonflement de bulle financière

dimanche 21 juillet 2013 18h34
 

par Wayne Arnold

HONG KONG (Reuters) - La décision de la Chine de libéraliser les taux bancaires est unanimement saluée mais certains économistes et investisseurs se demandent si elle ne vise pas surtout à aider des grands groupes d'Etat et des collectivités locales lourdement endettés.

La banque centrale a fait savoir vendredi que les banques pouvaient désormais prêter au taux de leur choix, ce qui leur permettra de pratiquer des conditions de crédit plus attractives au moment où la croissance de la deuxième économie mondiale ralentit notablement.

L'annonce de la Banque populaire de Chine a été bien accueillie par les économistes et les ministres et banquiers centraux du G20 qui, par coïncidence, étaient réunis à Moscou. Taro Aso, le ministre japonais des Finances, a ainsi parlé d'un pas dans la bonne direction.

Mais au-delà des premières réactions élogieuses, certains experts parlent d'une mesure largement symbolique et destinée surtout à soulager les grands groupes chinois et les structures de financement locales confrontées à un endettement galopant.

"Je suis sceptique face à ceux qui parlent de grande réforme", dit Patrick Chovanec, directeur général de Silvercrest Asset Management à New York et ancien professeur à l'Université Tsinghua de Pékin. "Ce que je vois surtout, c'est qu'à court terme les véhicules de financement locaux vont bénéficier de taux plus bas."

Avec le ralentissement de la croissance, la mesure ne devrait guère bénéficier aux grandes banques chinoises comme Industrial and Commercial Bank of China, China Construction Bank, Bank of China ou Agricultural Bank of China, estiment les experts.

CRÉANCES DOUTEUSES

À ce jour, seuls 11% des prêts consentis par les grandes banques chinoises sont à un taux inférieur au plancher officiel de 6% qui vient d'être supprimé, alors que ces établissements avaient la possibilité de les faire descendre en-dessous jusqu'à une certaine limite. La plupart de leurs taux sont en fait à un niveau plus élevé.   Suite...

 
La banque centrale chinoise a fait savoir vendredi que les banques pouvaient désormais prêter au taux de leur choix, ce qui leur permettra de pratiquer des conditions de crédit plus attractives au moment où la croissance de la deuxième économie mondiale ralentit notablement. La décision est unanimement saluée, mais certains économistes et investisseurs se demandent si elle ne vise pas surtout à aider des grands groupes d'Etat et des collectivités locales lourdement endettés. /Photo d'archives/REUTERS/Stringer