July 16, 2013 / 3:54 PM / in 4 years

Pékin voudrait un accord a minima avec l'UE sur le solaire

3 MINUTES DE LECTURE

Usine photovoltaïque à Jiaxing, dans la province chinoise de Zhejiang. La Chine fait son possible pour ne subir que des restrictions limitées à ses exportations de panneaux solaires vers l'Union européenne, compliquant des discussions visant à les exempter des droits de douane prohibitifs et à éviter une possible guerre commerciale, selon un document dont Reuters a pris connaissance. /Photo prise le 5 juin 2013/William Hong

BRUXELLES (Reuters) - La Chine fait son possible pour ne subir que des restrictions limitées à ses exportations de panneaux solaires vers l'Union européenne, compliquant des discussions visant à les exempter des droits de douane prohibitifs et à éviter une possible guerre commerciale, selon un document dont Reuters a pris connaissance.

La Commission européenne accuse la Chine d'inonder l'Europe de panneaux solaires vendus à des prix inférieurs au coût de revient et a imposé des droits de douane qui deviendront beaucoup plus lourds - soit 47,6% - le 6 août.

Les deux parties ont jusqu'à cette date pour trouver un compromis et ont fait savoir ce mois-ci qu'un accord était à portée de main.

Mais un document de la CE daté du 12 juillet rapporte que la Chine veut que tout accord conclu sur le solaire expire d'ici la fin 2014, que les galettes qui composent les panneaux soient exemptées de droits de douane et que tout plafonnement des exportations chinoises soit minimal.

Autant d'exigences difficiles à respecter, suivant ce document, car l'exécutif européen veut saper la position dominante des sociétés chinoises qui contrôlent plus de 80% du marché européen alors qu'elles sont pratiquement parties de zéro. De surcroît, les droits antidumping s'appliquent habituellement pendant cinq ans en Europe.

John Clancy, porte-parole de la CE, n'a rien dit de particulier sur ce document mais a déclaré que les négociations se poursuivaient au plus haut niveau pour trouver une solution.

Une source chinoise au fait du dossier a démenti tout rupture des discussions, comme certains médias l'avaient signalé, déclarant que la délégation chinoise était encore à Bruxelles et poursuivrait les discussions avec la CE cette semaine.

"Je pense que les deux parties restent soucieuses de poursuivre la négociation et de parvenir enfin à un accord définitif. Elles négocient depuis si longtemps et ne peuvent assumer les coûts d'une rupture", a-t-elle dit.

La mission de la Chine à Bruxelles s'est refusé à tout commentaire.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Pascal Liétout

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below