Le groupe Glaxosmithkline accusé de corruption en Chine

lundi 15 juillet 2013 11h30
 

par Michael Martina

PEKIN/LONDRES (Reuters) - GlaxoSmithKline (GSK) a versé des pots de vin à des fonctionnaires et des médecins chinois via des agences de voyages et de conseil pendant six ans pour gonfler ses volumes et ses prix de vente en Chine, ont annoncé lundi les autorités.

Quatre membres de la direction chinoise du groupe pharmaceutique britannique ont été arrêtés, a précisé à la presse Gao Feng, chef de l'unité de répression des crimes économiques au ministère de la Sécurité publique.

Depuis 2007 le groupe a, selon lui, versé jusqu'à trois milliards de yuans (375 millions d'euros) à 700 agences de voyages et de conseils. Il n'a pas précisé la part de ces dépenses utilisées en pots-de-vin.

"Nous avons des raisons suffisantes de soupçonner que ces transferts ont été réalisés illégalement. On pourrait dire que les agences de voyages et GSK étaient complices", a-t-il poursuivi, faisant état sans plus de détail de cas de "corruption sexuelle".

Les autorités chinoises ont indiqué la semaine dernière que des dirigeants de GSK basés en Chine avaient avoué s'être rendus coupables de corruption et de fraude fiscale.

Personne n'était immédiatement disponible chez GSK pour commenter cette information. La société avait indiqué auparavant n'avoir trouvé aucune preuve de corruption en Chine, tout en ajoutant qu'elle était disposée à collaborer avec les autorités chinoises. Elle dit n'avoir été informée de l'enquête qu'au début du mois de juin.

La police chinoise a précisé qu'aucune action n'avait été engagée contre des ressortissants britanniques et qu'elle n'avait aucune information en provenance du siège de GSK.

En Chine, le groupe britannique commercialise essentiellement des vaccins, des médicaments contre les maladies pulmonaires ainsi que des traitements contre le cancer.   Suite...

 
GlaxoSmithKline (GSK) a versé des pots de vin à des fonctionnaires et des médecins chinois via des agences de voyages et de conseils pour gonfler le prix de vente de ses produits en Chine, annoncent les autorités. Depuis 2007, le groupe aurait versé jusqu'à trois milliards de yuans (375 millions d'euros) à 700 agences de voyages et de conseils. /Photo prise le 12 juillet 2013/REUTERS/Aly Song