Sodexo prudent malgré la bonne tenue des émergents

mercredi 10 juillet 2013 11h40
 

PARIS (Reuters) - Sodexo a fait état mercredi d'une légère accélération de sa croissance au 3e trimestre de son exercice 2012-2013 grâce aux pays émergents, Amérique latine en tête, dans un contexte économique toujours difficile, qui incite le groupe à la prudence et à réduire encore ses coûts.

Les ventes du spécialiste de la distribution collective et des titres de services prépayés ont ainsi totalisé 14.219 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'exercice, soit une croissance interne de 2,3% au regard des 2,4% attendue par des analystes et des 2,1% réalisée au premier semestre.

La progression dans les pays émergents ressort à 7%, contre 0,8% en Europe de 1,4% en Amérique du Nord.

Sodexo a confirmé prévoir pour l'exercice une croissance interne comprise entre 1 et 2%, précisant toutefois qu'elle devrait se situer dans le bas de la fourchette.

"La croissance organique sera probablement dans le bas de la fourchette car il faut du temps pour que les contrats en Europe atteignent leur rythme de croisière", a déclaré Michel Landel, le directeur général au cours d'une conférence téléphonique.

Il a aussi évoqué la faiblesse de l'activité touristique en France à cause des intempéries. Sodexo, qui exploite les bateaux parisiens, a récemment acquis Les Yachts de Paris.

Le quatrième trimestre devrait également pâtir d'effets de base négatifs, liés notamment aux Jeux Olympiques de Londres l'an dernier.

Le groupe a également confirmé ses objectifs de moyen terme : une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires de 7% et une marge opérationnelle consolidée de 6,3% à la fin de l'exercice 2014-2015.

LE BRÉSIL, UN ATOUT AUSSI POUR EDENRED   Suite...

 
Michel Landel, le directeur général de Sodexo. Le spécialiste de la distribution collective et des titres de services prépayés fait état d'une légère accélération de sa croissance au 3e trimestre de son exercice 2012-2013 grâce aux pays émergents, Amérique latine en tête, dans un contexte économique toujours difficile, qui incite le groupe à la prudence et à réduire encore ses coûts. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer