Les Bourses européennes terminent en vive hausse

jeudi 4 juillet 2013 18h29
 

PARIS (Reuters) - Les marchés d'actions européens ont terminé en vive hausse jeudi, rassurés par la teneur des propos du président de la BCE Mario Draghi, après que la banque centrale eut, comme prévu, laissé ses taux directeurs inchangés.

Faute d'indicateurs à l'agenda et compte tenu de la fermeture des marchés américains, les Etats-Unis célébrant leur fête nationale, les investisseurs avaient les yeux braqués vers Francfort.

La Banque centrale européenne maintiendra ses taux à un niveau exceptionnellement bas pendant une période prolongée et elle pourrait même les réduire encore, a déclaré Mario Draghi, adressant ainsi aux marchés financiers des signaux d'une clarté sans précédent.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 2,9% (107,30 points) à 3.809,31 points, signant ainsi sa deuxième plus forte hausse de l'année après celle du 23 avril. Le Footsie britannique a bondi de 3,08% et le Dax allemand de 2,11%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 prenait 2,95%.

Aux valeurs, PSA Peugeot Citroën s'est envolé de 10,17% Goldman Sachs ayant relevé son conseil de "neutre" à "achat" et relevé son objectif de cours. Faurecia, contrôlé à 57% par PSA a pris 5,25%.

A rebours de la tendance, Veolia Environnement (-0,57%) a accusé la seule baisse du CAC 40, la valeur tombant en séance à son plus bas niveau depuis mi-janvier.

"L'allongement des engagements de la BCE est une étape majeure car elle permet de mieux visualiser le futur. La BCE (...) considère que la situation ne s'arrangera pas spontanément et que c'est à elle de prendre en charge une grande partie du risque pour que l'économie puisse enfin redémarrer", a commenté sur son blog Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis AM, qui a qualifié cette décision de "changement de philosophie majeur" et de "rupture".

Les annonces de Mario Draghi ont également provoqué une nette détente des taux des obligations des pays périphériques de la zone euro, le rendement du dix ans portugais revenant ainsi sous les 8% qu'il avait atteint la veille sur fond de crise politique.

Sur le marché des changes, l'euro et la livre ont eux aussi ressenti l'impact de cette journée chargée sur le front monétaire, la monnaie unique tombant à un plus bas de cinq semaines contre le dollar tandis que la Sterling revenait à un niveau sans précédent depuis le 29 mai face au billet vert.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES