Mario Draghi promet des taux bas pour une période prolongée

jeudi 4 juillet 2013 17h02
 

par Paul Carrel et Sakari Suoninen

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) maintiendra ses taux à un niveau exceptionnellement bas pendant une période prolongée et elle pourrait même les réduire encore, a déclaré jeudi son président Mario Draghi, adressant ainsi aux marchés financiers des signaux d'une clarté sans précédent.

En s'attachant ainsi à donner aux investisseurs le plus d'indications possibles sur l'évolution prévisible de sa politique monétaire de la zone euro, la BCE emboîte le pas à la Réserve fédérale américaine et à la Banque d'Angleterre, qui cherchent notamment à apaiser les tensions sur les taux de marché.

Comme attendu, la BCE a maintenu ses taux directeurs, avec un taux de refinancement à 0,5%, un taux de facilité de dépôt à 0,0% et un taux de prêt marginal à 1,0%.

"Le Conseil des gouverneurs s'attend à ce que les taux de la BCE restent à leur niveau actuel ou plus bas pendant une période de temps prolongée", a dit Mario Draghi, soulignant que c'était la première fois que l'institution monétaire s'attachait à une telle précision.

Mario Draghi a ajouté que le Conseil des gouverneurs avait évoqué l'hypothèse d'une baisse des taux, "Cinquante points de base, ce n'est pas une limite basse", a-t-il prévenu, mais cette solution n'a pas été retenue.

La BCE se tient prête à réduire encore le taux de dépôt, donc à le faire passer en territoire négatif, afin de favoriser le crédit, a-t-il encore indiqué.

Les propos de Mario Draghi tranchent avec le discours tenu le mois dernier, lorsqu'il avait balayé les espoirs de mesures immédiates, mais également avec la pratique historique de la BCE, qui a toujours refusé de s'engager à l'avance sur l'évolution de ses taux.

"Il ne s'agit pas de six mois, il ne s'agit pas de 12 mois, il s'agit d'une période de temps prolongée", a martelé le président de l'institution.   Suite...

 
La Banque centrale européenne -qui a maintenu jeudi ses taux d'intérêt à leur niveau actuel- est encore loin d'entamer son désengagement de sa politique monétaire actuellement accommodante, a déclaré son président, Mario Draghi. /Photo prise le 4 juillet 2013/REUTERS/Ralph Orlowski