L'espoir d'une sortie de crise au Portugal soutient les marchés

jeudi 4 juillet 2013 11h55
 

par Andrei Khalip

LISBONNE (Reuters) - Les coûts de financement du Portugal sont retombés jeudi et la Bourse de Lisbonne est en passe d'effacer une partie de ses pertes de la veille dans l'espoir d'une sortie de la crise politique provoquée par la démission du ministre des Finances.

Après une première réunion sans résultat organisée dans la nuit de mercredi à jeudi, le Premier ministre Pedro Passos Coelho et son partenaire de coalition, le CDS-PP, doivent à nouveau se rencontrer dans la journée pour trouver une solution à la crise.

Le journal Diario Economico cite une source gouvernementale disant que Pedro Passos Coelho espérait arriver à un accord permettant d'éviter des élections législatives anticipées, ajoutant qu'il devrait présenter dans la journée sa feuille de route de sortie de crise au président.

La démission, lundi, du ministre des Finances Vitor Gaspar puis, celle, refusée par le Premier ministre, du chef de la diplomatie Paulo Portas, ont mis en grandes difficultés l'actuelle coalition au pouvoir, une situation qui a fait craindre une résurgence de la crise de la dette de la zone euro.

Ainsi, mercredi, la Bourse de Lisbonne a chuté de 5,3% et, en séance, le rendement des obligations souveraines portugaises à 10 ans est repassé, pour la première fois depuis novembre, au-dessus de la barre de 8%, un niveau intenable sur la durée.

Vers 09h00 GMT, le PSI 20 de la Bourse de Lisbonne reprenait 2,6% et le rendement était revenu autour de 7,5%. Ce niveau reste toutefois très élevé et pourrait remettre en cause la sortie prévue du Portugal du programme d'aide de 78 milliards d'euros octroyé en 2011 par le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne.

Dans un moindre mesure que l'Irlande, le Portugal, malgré un taux de chômage record et la pire récession que traverse le pays depuis les années, était considéré il y a peu encore comme un exemple de l'efficacité du programme UE-FMI, ce qui explique en partie la détente du rendement des emprunts d'Etat à 10 ans revenu à près de 5% vers la fin du mois mai.

Il y a deux mois, le Trésor portugais avait bouclé sans difficulté un emprunt obligataire à dix ans de trois milliards d'euros, le premier de ce type depuis janvier 2011, un succès qui avait conforté l'espoir d'une sortie l'an prochain de Lisbonne du plan d'aide de l'UE et du FMI.   Suite...

 
Les coûts de financement du Portugal sont retombés jeudi et la Bourse de Lisbonne est en passe d'effacer une partie de ses pertes de la veille dans l'espoir d'une sortie de la crise politique provoquée par la démission du ministre des Finances. Après avoir chuté de 5,3% mercredi, la Bourse de Lisbonne reprenait 2,6% en fin de matinée. /Photo d'archives/REUTERS/José Manuel Ribeiro