Le Medef veut 100 milliards de charges et d'impôts en moins

mercredi 3 juillet 2013 15h29
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le nouveau président du Medef a demandé mercredi au gouvernement de baisser de 100 milliards d'euros en cinq ans les charges et impôts pesant sur les entreprises dans le cadre d'un "pacte de confiance" pour ramener le chômage sous la barre des 7% en 2020.

La principale organisation patronale française a tourné la page Laurence Parisot en portant Pierre Gattaz à sa tête, lors d'une assemblée générale qui n'était qu'une formalité, après le ralliement de ses principaux adversaires.

Avec cet homme de 53 ans, le Medef, héritier du CNPF un temps dirigé par son père, Yvon Gattaz, renoue avec la tradition d'un président venu de l'industrie, après avoir vécu pendant huit ans sous la houlette d'une patronne issue des services.

Après son élection, le PDG de la société d'équipements électroniques Radiall, qui a obtenu 476 voix sur 501 votants, a exhorté le gouvernement à créer un environnement favorable aux entreprises françaises, qu'il juge en danger.

"Notre pays ne comprend pas ses entreprises et ses entrepreneurs, notre pays ne les aime pas suffisamment", a-t-il déploré, en s'appuyant sur une anecdote personnelle.

"Ma plus jeune fille vient de passer son Bac. Son sujet de sciences économiques et sociales était : 'Vous montrerez de quelle manière les conflits sociaux peuvent être des facteurs de cohésion sociale'" a-t-il expliqué à un auditoire acquis.

Il a imputé les 1.000 chômeurs supplémentaires enregistrés chaque jour en France depuis le début de l'année aux "erreurs" commises par les dirigeants politiques "depuis 30 ans".

Les emplois aidés financés sur fonds publics - un des axes de l'action du gouvernement actuel - constituent une impasse et les politiques de l'emploi doivent d'abord être des politiques en faveur des entreprises, a-t-il poursuivi.   Suite...

 
Le Medef a tourné mercredi la page Laurence Parisot en portant Pierre Gattaz à la présidence de la principale organisation patronale française. Le nouveau président du Medef a demandé mercredi au gouvernement de baisser de 100 milliards d'euros en cinq ans les charges et impôts pesant sur les entreprises dans le cadre d'un "pacte de confiance" pour ramener le chômage sous la barre des 7% en 2020. /Photo prise le 3 juillet 2013/REUTERS/Philippe Wojazer