L'AMF inflige une amende record à LVMH dans le dossier Hermès

lundi 1 juillet 2013 20h32
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - La commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers a annoncé lundi avoir infligé une amende de huit millions d'euros à LVMH, estimant que le géant du luxe avait bien préparé une opération de montée au capital d'Hermès et qu'il aurait dû en informer le marché.

Il s'agit de l'amende la plus élevée jamais prononcée par le gendarme de la Bourse, même si elle s'avère inférieure aux 10 millions d'euros requis par le collège de l'AMF le 31 mai dernier.

Si le risque financier est modeste, au regard des 3,4 milliards d'euros de résultat net dégagé par LVMH en 2012, le risque d'image est grand pour le propriétaire de Louis Vuitton, Moët et Chandon, Céline ou Guerlain, qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

La commission a estimé que LVMH s'était "donné les moyens de préparer (une) opération financière au sens du règlement général de l'AMF et a motivé sa décision par la "gravité des manquements successifs à l'obligation d'information du public ayant consisté à masquer toutes les étapes de la prise de participation de LVMH dans la société Hermès".

A la stupeur générale, LVMH avait révélé en octobre 2010 détenir 14% du capital d'Hermès, puis rapidement 17%, grâce à des instruments financiers (equity linked swaps, ELS) acquis en 2008 et assortis d'un dénouement en numéraire qui le dispensaient, conformément à la législation alors en vigueur, de toute déclaration de seuil.

Peu avant l'échéance de ces contrats, il en avait modifié les modalités de sortie pour les déboucler en actions.

LVMH ayant obtenu en juin 2012 l'accord de deux de ses trois banques pour un dénouement de ses ELS en titres Hermès et non en numéraire, il aurait dû en informer le marché dès cette date, estime la commission.

DEUXIEME GRIEF   Suite...

 
La Commission des sanctions de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé lundi avoir infligé une amende de 8,0 millions d'euros à LVMH, estimant que le géant du luxe a bien préparé une opération de montée au capital d'Hermès. LVMH a annoncé dans la foulée sa décision de faire appel de la décision de la commission des sanctions. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid