Stabilisation en vue dans l'industrie en Europe, la Chine peine

lundi 1 juillet 2013 14h50
 

par Jonathan Cable et Langi Chiang

LONDRES/PEKIN (Reuters) - L'industrie européenne montre des signes bienvenus de stabilisation après une longue période de marasme, montrent les dernières enquêtes auprès des entreprises, qui reflètent parallèlement un ralentissement de la croissance en Asie.

Une fois n'est pas coutume, c'est de la zone euro qu'émanent les signaux les plus encourageants, y compris des Etats les plus en difficulté de la région, comme l'Espagne, dont certains se rapprochent du retour à la croissance.

Et en Grande-Bretagne, le secteur manufacturier affiche sa croissance la plus soutenue depuis plus de deux ans.

A l'opposé, les perspectives peu encourageantes se confirment en Chine et le ralentissement semble gagner d'autres pays asiatiques, une détérioration du climat des affaires qui, selon certains analystes, pourrait finir par affecter l'Europe.

"L'industrie manufacturière mondiale montre de nouveaux signes de faiblesse. La tendance n'est pas très soutenue en Chine et nous nous demandons si la tendance dans la zone euro peut se maintenir", prévient ainsi Evelyn Herrmann, de BNP Paribas.

L'indice PMI Markit manufacturier de la zone euro, calculé sur la base d'une vaste enquête auprès des directeurs d'achats des entreprises du secteur, a atteint son plus haut niveau en 16 mois à 48,8 en juin contre 48,3 en mai. Il reste toutefois pour le 23e mois consécutif en dessous du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

Le sous-indice de la production a progressé d'un point à 49,8, son meilleur niveau depuis février 2012.

Le PMI officiel chinois, lui, est retombé à 50,1, ce qui traduit pratiquement un retour au point mort du secteur. Et l'indice calculé pour la banque HSBC est même revenu à 48,2, au plus bas depuis neuf mois.   Suite...

 
L'industrie européenne montre des signes bienvenus de stabilisation après une longue période de marasme, montrent les dernières enquêtes auprès des entreprises, qui reflètent parallèlement un ralentissement de la croissance en Asie. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau