1 juillet 2013 / 07:49 / il y a 4 ans

Le moral des chefs d'entreprise au Japon repasse dans le vert

Le moral des chefs d'entreprise du secteur manufacturier japonais s'est amélioré au deuxième trimestre, permettant à l'indice de passer dans le vert pour la première fois en près de deux ans, selon l'enquête trimestrielle Tankan publiée lundi. /Photo d'archives/Toru Hanai

TOKYO (Reuters) - Le moral des chefs d'entreprise du secteur manufacturier japonais s'est amélioré au deuxième trimestre, permettant à l'indice de passer dans le vert pour la première fois en près de deux ans, selon l'enquête trimestrielle Tankan publiée lundi.

Ce résultat positif montre que les récentes perturbations constatées sur les marchés nippons n'ont pas encore affecté le moral des entrepreneurs, soutenu par la politique monétaire ultra-accommodante promue par le Premier ministre Shinzo Abe.

Une consommation privée vigoureuse a par ailleurs renforcé le moral des entrepreneurs dans les secteurs des services, ce qui semble valider les choix de la Banque du Japon en matière de lutte contre la déflation. Elle a désormais pour objectif 2% d'inflation d'ici deux ans.

L'indice de confiance des grandes entreprises manufacturières s'est amélioré de 12 points par rapport au trimestre précédent, pour atteindre +4, un niveau légèrement supérieur aux attentes du marché (+3) et à son plus haut niveau depuis mars 2011, précise l'enquête de la Banque du Japon.

Il s'agit du deuxième trimestre consécutif d'amélioration du moral dans les grandes entreprises et du premier indice positif - qui signifie que les optimistes l'emportent sur les pessimistes - depuis septembre 2011, un plébiscite pour la politique de relance de la croissance, appelée "Abenomics", au Japon.

L'indice dans les grandes entreprises des services s'est également amélioré au deuxième trimestre, de six points à +12, un niveau légèrement supérieur aux attentes du marché (+11).

"L'amélioration du sentiment dans les grandes entreprises a été largement favorisée par la baisse du yen, qui soutient les exportations, et par la reprise globale de l'économie", note Taro Saito, économiste à l'institut de recherche NLI à Tokyo.

Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below