Wall Street gagne plus de 1%, la Fed inquiète moins

mercredi 26 juin 2013 22h24
 

par Alison Griswold

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en nette hausse pour la deuxième journée de suite mercredi, la révision à la baisse du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis sur le premier trimestre ayant conduit les investisseurs à se dire que la Réserve fédérale ne mettra pas fin tout de suite à son programme de soutien à l'économie.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 1,02%, soit 149,83 points, à 14.910,14 points. Le S&P-500, plus large, a pris 15,23 points, soit 0,96%, à 1.603,26 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 28,34 points (+0,85%) à 3.376,22 points.

Après avoir atteint un record de clôture de 1.669,16 points le 21 mai, le S&P 500 a souffert depuis un mois de la perspective de voir la Réserve fédérale commencer à diminuer le rythme des rachats d'actifs obligataires, actuellement de 85 milliards de dollars par mois.

Ces injections de liquidités, ainsi que les politiques monétaires accommodantes d'autres grandes banques centrales, ont été le principal, voire le seul, facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l'année.

Il y a une semaine, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a dit que la banque centrale américaine pourrait commencer à revoir à la baisse son programme de rachats d'actifs plus tard dans l'année avant d'y mettre un terme vers la mi-2014.

Ces propos s'était traduits par une chute des marchés actions, le S&P ayant subi la semaine dernière sa pire performance hebdomadaire depuis novembre 2012.

L'indice a toutefois regagné 1,9% sur mardi et mercredi, sa meilleure performance sur deux jours en trois semaines. Et le S&P 500 n'est plus qu'à 3,9% de son record de clôture, tout en affichant depuis le début de l'année une progression de 12,5%.

La révision à la baisse de la croissance des Etats-Unis sur les trois premiers mois de l'année s'explique par des dépenses de consommation modérées, un investissement productif faible et une diminution des exportations.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS