L'Italie nie tout risque lié aux dérivés sur la dette

mercredi 26 juin 2013 13h48
 

par Silvia Aloisi

MILAN (Reuters) - Le Trésor italien a démenti mercredi que le recours à des contrats de dérivés sur une partie de la dette publique fasse courir des risques aux finances de l'Etat, après des articles de presse évoquant une perte potentielle de plusieurs milliards d'euros.

Le Financial Times et La Repubblica rapportent que huit contrats de dérivés, restructurés en 2012 en pleine crise de la zone euro, pourraient se solder par des pertes de 8,0 milliards d'euros environ sur la base des cours au 20 juin.

Les deux quotidiens, qui citent un rapport du Trésor italien, précisent que les contrats originaux ont été conclus durant les années 1990, lorsque l'actuel président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, était directeur général du Trésor italien.

A l'époque, le gouvernement italien s'efforçait d'améliorer les comptes publics pour respecter les objectifs de déficit fixés par l'Union européenne avant l'adoption de l'euro et les paiements effectués par les banques en application des contrats l'y ont aidé, expliquent les articles.

Le Trésor a qualifié de "totalement infondées" les informations selon lesquelles de tels contrats auraient été utilisés pour permettre l'entrée dans la zone euro.

La Repubblica précise que les huit contrats, pour la plupart des contrats de swaps de taux d'intérêt, arriveront à échéance entre 2017 et 2040.

Le Trésor explique qu'il utilise les dérivés comme un instrument classique de couverture contre les risques de change et de taux d'intérêt et qu'une telle couverture implique un coût, justifié selon lui par la garantie qu'elle assure contre des pertes potentielles plus élevées encore.

TOUTE COUVERTURE A UN COÛT, DIT LE TRÉSOR   Suite...

 
Le Trésor italien a démenti être exposé à des pertes potentielles d'environ huit milliards d'euros sur des produits dérivés financiers qu'elle a restructurés pendant la crise de la dette, comme l'affirmait mercredi le Financial Times et La Repubblica. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile