Wall Street finit en baisse malgré un regain en fin de séance

lundi 24 juin 2013 22h30
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini dans le rouge lundi, même si elle a regagné en fin de séance une partie du terrain perdu dans les premières heures de la journée grâce à la stabilisation des rendements obligataires.

Mais les investisseurs restent préoccupés par l'intention affichée de la Réserve fédérale de réduire ses achats d'obligations et par les craintes de voir les tensions sur les liquidités en Chine peser sur la croissance de la deuxième économie mondiale.

L'indice Dow Jones a perdu 139,84 points, soit 0,94%, à 14.659,56. Le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 19,34 points (-1,21%) à 1.573,09 et le Nasdaq Composite a reculé de 36,49 points (-1,09%) à 3.320,76.

Tous les trois ont cependant clôturé nettement au-dessus de leurs plus bas du jour: le Dow était tombé en matinée à 14.551,27, soit une baisse de 1,68% par rapport à la clôture de vendredi soir.

La tentative de rebond amorcée en fin de séance a eu lieu à la faveur de celui du marché obligataire: le rendement des bons du Trésor à 10 ans, qui avait culminé à 2,67%, est revenu à 2,53%.

Les dix secteurs de l'indice Standard & Poor's 500 ont néanmoins fini dans le rouge, celui de la finance cédant 1,8% et celui des matières premières 1,68%. Au sein du Dow Jones, Bank of America (-3,07%) affiche la plus forte baisse du jour.

Le S&P 500 a cédé près de 4,8% sur les quatre dernières séances, retombant sous sa moyenne mobile sur 100 jours. La semaine dernière, il était déjà revenu en dessous de sa moyenne mobile sur 50 jours, un mouvement généralement annonciateur d'une tendance baissière à court terme.

"BOULE DE NEIGE"

"La Fed a incité certains à se désengager du marché actions mais désormais, le mouvement fait boule de neige et tout le monde sort. Il semble que la plupart des gens privilégient les liquidités", explique Tom Donino, co-responsable du courtage de First New York Securities, ajoutant que le S&P pourrait retomber à 1.550 points.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS